Dossier

Les voies de signalisation activées dans le mélanome et les principes actuels du génotypage

Mis en ligne le 17/11/2011

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 178,80 Ko)
» Le mélanome est un cancer de la peau dont l’incidence augmente de façon constante. La découverte récente d’altérations génétiques fréquentes et récurrentes dans les mélanomes cutanés permet une classification moléculaire de ces tumeurs en sous-groupes distincts, ouvrant ainsi la voie à la thérapie ciblée.
» Plusieurs voies de signalisation telles que MAPK, PI3K, AMPc et cycline D1/CDK4 sont impliquées dans la progression de cette maladie et sont affectées par certaines mutations oncogéniques. Dans chaque voie, plusieurs cibles thérapeutiques potentielles ont été identifiées, et des inhibiteurs spécifiques sont en développement.
» Certains inhibiteurs, comme ceux ciblant c-KIT ou BRAF, ont montré une certaine efficacité dans des essais cliniques et devraient rapidement être utilisés en clinique. Malheureusement, certains sous-groupes de mélanomes, comme ceux présentant des mutations de RAS, n’ont pas encore de traitement ciblé approprié.
» Nous commençons tout juste à comprendre comment les différentes voies de signalisation activées dans les mélanomes interagissent entre elles, mais il est clair qu’il va être nécessaire de combiner plusieurs inhibiteurs pour obtenir une efficacité thérapeutique à long terme.
centre(s) d’intérêt
Oncologie dermatologie,
Oncologie générale
thématique(s)
Mélanome
Mots-clés