Dossier

L’assistance ventriculaire prolongée est-elle une alternative à la transplantation ?

Mis en ligne le 01/11/2000

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 169,46 Ko)
n L’assistance ventriculaire gauche permet un support mécanique prolongé de la circulation. Près de 100 patients ont ainsi été maintenus sous machine plus d’un an. n La transplantation cardiaque connaît des limites : insuffisance de greffons, 400 greffes par an pour 2 000 demandes ; rejet chronique ; développement de lymphomes, de cancers ; risques infectieux de l’immuno- suppression. n Une assistance ventriculaire, alternative à la transplantation, doit être électrique, implantable, exposée à un risque infectieux, hémorragique et/ou thrombo- embolique identique à un double remplacement valvulaire appareillé d’un pacemaker. n Actuellement, il n’existe pas de dispositif totalement implantable approuvé FDA ou CE. Seuls le Novacor® et le TCI® électrique s’approchent du cahier des charges d’un dispositif totalement adapté à un usage chronique. n Les quelques expériences d’assistance prolongée montrent : o une incidence de complications infectieuses d’environ 30 %, o un taux d’accidents thromboemboliques de l’ordre de 15 %, o une excellente réhabilitation socio-professionnelle (près de 80 % des malades peuvent quitter l’hôpital). Mots-clés : Insuffisance cardiaque - Assistance circulatoire - Transplantation cardiaque - Qualité de vie.
centre(s) d’intérêt
Cardiologie