Editorial

Bénéfice cardiovasculaire d'un bon contrôle glycémique du diabète de type 2 : l'étude VADT à 10 ans change la donne

Mis en ligne le 26/10/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 194,00 Ko)

Il est habituel de dire qu'un contrôle glycémique strict n'a finalement pas grand intérêt pour prévenir ou stabiliser les complications cardiovasculaires du diabète de type 2, au vu des résultats des 4 grandes études d'événements qui posaient précisément cette question, à savoir UKPDS, ACCORD, ADVANCE et VADT. Dans ces 4 études, qui comparaient un contrôle glycémique dit “standard” à un contrôle glycémique “strict”, le critère primaire de morbimortalité cardiovasculaire ne montrait pas de différence significative entre les 2 niveaux de contrôle glycémique.

D'où la conclusion, à vrai dire un peu rapide : un bon contrôle glycémique du diabète de type 2 prévient les complications microvasculaires de la maladie (rétinopathie, néphropathie, etc.) mais n'est pas bien important pour ce qui représente pourtant la principale cause de morbimortalité de la maladie, à savoir le risque cardiovasculaire. À cet égard, c'est contrôler les autres facteurs de risque (dyslipidémie, hypertension artérielle, etc.), à vrai dire presque constamment associés dans ce qu'il est convenu d'appeler le syndrome métabolique, qui importe.

auteur
Pr Bernard CHARBONNEL
Pr Bernard CHARBONNEL

Médecin
Endocrinologie et métabolismes
Université de Nantes, Nantes
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Cardiologie,
Endocrinologie
thématique(s)
Diabète