Revue de presse (RDP)/Actualités Recherche

Cardiopathie rythmique : une fréquence sous-estimée ?

Mis en ligne le 01/02/2001

Auteurs :

RÉFÉRENCE Tachycardia-related cardiomyopathy : a common cause of ventricular dysfunction in patients with atrial fibrillation referred for atrioventricular ablation. Redfield MM, Kay GN, Jenkins LS, Mianulli M, Jensen DN, Ellenbogen KA, for the APT Investigators o Mayo Clin Proc 2000 ; 75 : 790-5. LE FOND Cette étude prospective et multicentrique évalue l’évolution de la fonction ventriculaire gauche systolique pour63 patients appartenant au registre Ablate and Pace Trial (comportant au total 161 patients adressés pour ablation du nœud atrioventriculaire par radiofréquence et implantation de pacemaker dans le cadre de fibrillations auriculaires réfractaires). La fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) a été mesurée par échocardiographie avant la procédure d’ablation, puis 3 et 12 mois plus tard. Seuls les patients ayant une FEVG initiale =< 45 % ont été inclus dans le but de déterminer la proportion des cardiopathies rythmiques secondaires au trouble du rythme auriculaire. Le diagnostic de cardiopathie rythmique a été retenu lorsque la FEVG augmentait d’au moins 15 % et atteignait un chiffre absolu > 45 % à distance de l’ablation du nœud et de la pose du pacemaker. Pendant le suivi, on déplore 9 décès dont 6 d’origine cardiovasculaire ; six patients n’auront pas la surveillance échocardiographique exigée. Après la procédure d’ablation, 16 des 63 patients inclus (25 %) ont présenté une telle amélioration de leur FEVG (augmentation moyenne de la valeur de la FEVG = + 27 ± 8 %). On n’objective pas de différence significative concernant la présentation clinique initiale, les données de la première échocardiographie (diamètres télédiastoliques ventriculaires gauches et dimensions auriculaires gauches modérément supérieurs pour les patients sans récupération de fonction ventriculaire gauche ; p = 0,1), les modifications de fréquence cardiaque obtenues, permettant de reconnaître les sujets qui bénéficieront d’une amélioration de la FEVG après la procédure d’ablation. COMMENTAIRES Les cardiopathies rythmiques sont réputées représenter une cause marginale de cardiomyopathie. Pour cette étude, qui a l’avantage de comporter un nombre plus important de patients par rapport aux travaux similaires précédemment publiés, la fréquence des cardiopathies rythmiques est estimée à 25 % et l’amélioration de la fonction ventriculaire gauche est le plus souvent diagnostiquée dès le premier contrôle d’échocardiographie à 3 mois. On peut comparer ces résultats à ceux de sept autres études s’intéressant aussi à l’évolution de la fonction ventriculaire gauche après traitement ablatif : la fréquence des cardiopathies rythmiques, assurée sur les mêmes critères diagnostiques que ceux de l’étude de M.M. Redfield et al., est comprise entre 42 % (Geelen et al., Am J Cardiol 1997, 7 patients) et 18 % (Twidale et al., Pacing Clin Electrophysiol 1998, 22 patients). Les patients étudiés, confiés pour ablation du nœud atrioventriculaire, constituent une population à haut risque de cardiopathie rythmique : fibrillations auriculaires habituellement de longue durée, réfractaires aux traitements médicaux, avec échec des antiarythmiques pour contrôler la fréquence cardiaque. Cependant, ces essais confirment que les cardiopathies rythmiques ne sont pas rares et que leur diagnostic doit être systématiquement évoqué en présence d’un trouble du rythme auriculaire et d’une dysfonction ventriculaire gauche systolique inconnue auparavant. BIBLIOGRAPHIE Parmi les 29 références citées, à noter, en référence 9, l’étude “The Ablate and Pace Trial” (Kay et al., J Interventional Cardiac Electrophysiol 1998). Les références 15 à 21 se rapportent aux 7 essais cités dans le tableau 2, page 794, qui récapitule leurs résultats (fréquences des cardiopathies rythmiques) et les compare à ceux de l’étude analysée. MOTS-CLÉS Cardiomyopathie - Cardiopathie rythmique - Fibrillation auriculaire - Dysfonction ventriculaire gauche systolique - Ablation du nœud atrioventriculaire - Radiofréquence. TIRÉ À PART M.M. Redfield, Division of Cardiovascular Diseases, Mayo Clinic, 200 First St SW, Rochester, MN 55905, États-Unis.
centre(s) d’intérêt
Cardiologie