Mise au point

Comment je confirme un hyperaldostéronisme primaire

Mis en ligne le 27/10/2011

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 435,53 Ko)
Pourquoi – et comment – faut-il diagnostiquer les hyperaldostéronismes primaires ? Contrairement à certaines idées anciennes, l’hyperaldostéronisme primaire ne constitue pas toujours une forme bénigne d’hypertension artérielle (HTA), et le risque d’HTA sévère résistante aux traitements est important. Une étude française ayant inclus plus de 550 patients (dont 124 présentant un hyperaldostéronisme primaire) a montré que les complications étaient plus fréquentes dans ce type de population,qu’il s’agisse des accidents vasculaires cérébraux (12,9 % versus 3,4 % pour les HTA essentielles ; OR = 4,2 ; IC95 : 2-8,6), des infarctus du myocarde non fatals (respectivement 4 % versus 0,6 % ; OR = 6,5 ; IC95 : 1,5-27,4) ou des fibrillations atriales (respectivement 7,3 % versus 0,6 % ; OR = 12,1 ; IC95 : 3,2-45,2) [1].
centre(s) d’intérêt
Cardiologie