Cas clinique

Dissection coronaire spontanée

Mis en ligne le 28/10/2017

Auteurs : S. Bouajila, P. Motreff

Lire l'article complet (pdf / 122,65 Ko)
  • Madame D., 28 ans, fumeuse, primipare en cours de grossesse gémellaire, présente un tableau de prééclampsie à 33 semaines d'aménorrhée (SA) + 3 jours (j), compliqué d'une rupture prématurée des membranes avec menace d'accouchement.

Observation

À 34 SA + 2 j, elle présente une violente douleur thoracique, rétrosternale, constrictive, augmentée à l'inspiration. L'électrocardiogramme (ECG) initial retrouve une onde T négative en D3. Un angioscanner thoracique élimine une embolie pulmonaire. L'échographie cardiaque est normale. La troponine est positive à 11 µg/l.

Les diagnostics de myocardite aiguë ou de dissection de l'artère coronaire spontanée (SCAD) sont évoqués.

À 34 SA + 4 j, la patiente entre en travail. Il est noté un changement dynamique de l'ECG lors des efforts de poussée, faisant arrêter l'accouchement par voie basse. Une césarienne est donc réalisée en urgence, sans complication.

Après transfert en unité de soins intensifs, une coronarographie est réalisée 5 jours après la délivrance, retrouvant une SCAD plurifocale, impliquant le tronc commun (TC) [figure 1], l'artère interventriculaire antérieure (IVA) [figure 2] et la coronaire droite (CD) [figures 3 et 4] sans retard circulatoire. Un traitement médical par aspirine, statine et bêtabloquant est retenu, avec contrôle coronarographique à 1 mois.

Discussion

La SCAD est une forme rare et sous-diagnostiquée de syndrome coronarien aigu (SCA) prédominant chez la femme jeune sans facteur de risque cardiovasculaire. Les signes angiographiques évocateurs (1) et l'imagerie endocoronaire contribuent à des diagnostics plus fréquents. La SCAD représenterait jusqu'à 25 % des infarctus de la femme de moins de 50 ans (2). La physiopathologie reste incertaine (fragilité artérielle avec influence hormonale probable). Cinq pour cent des cas seraient associés à la grossesse (3). Le lien avec la prééclampsie reste à démontrer.

Conclusion

La SCAD est à évoquer devant tout SCA “illégitime” de la femme jeune, notamment dans le péripartum.■



FIGURES

Références

1. Saw J. Coronary angiogram classification of spontaneous coronary artery dissection. Catheter Cardiovasc Interv 2014;84(7):1115-22.

2. Saw J, Aymong E, Mancini GB, Sedlak T, Starovoytov A, Ricci D. Nonathero­-
s­clerotic coronary artery disease in young women. Can J Cardiol 2014;30(7):814-9.

3. Saw J, Aymong E, Sedlak T et al. Spontaneous coronary artery dissection: association with predisposing arteriopathies and precipitating stressors and cardiovascular outcomes. Circ Cardiovasc Interv 2014;7(5):645-55.

Liens d'interêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Mme Sara BOUAJILA

Hôpital Gabriel-Montpied, CHU, Clermont-Ferrand, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Pascal MOTREFF

Médecin, Cardiologie et maladies vasculaires, Hôpital Gabriel-Montpied, CHU, Clermont-Ferrand, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Cardiologie,
Gynécologie et obstétrique
thématique(s)
Maladie coronaire,
Obstétrique
Mots-clés