Pour une médecine ni dogmatique, ni médiatique

Mis en ligne le 25/11/2012

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 593,83 Ko)
Nous vivons dans une société qui n’aime ni les dogmes ni l’autorité. Cette constatation s’applique également à la médecine. Longtemps science dogmatique, elle s’est appliquée à développer et à s’approprier les outils de la méthode expérimentale et de sa capacité à vérifier des hypothèses. L’avènement de la “médecine par les preuves” constitue à cet égard un progrès majeur dans la construction d’une connaissance objective. Pour autant, la remise en cause des choses supposées acquises est souvent utile. L’exemple le plus convaincant en médecine est certainement la démonstration du rôle d’Helicobacter pylori dans la genèse de l’ulcère : dans ce cas, un chercheur isolé, partant d’une hypothèse originale, remet en cause la vérité dominante et démontre avec succès, par une vérification expérimentale, la validité de sa thèse et l’obsolescence de l’hypothèse jusque-là prédominante, tout en proposant un modèle physiopathologique qui englobe et explique les observations précédentes.
centre(s) d’intérêt
Cardiologie