Mise au point

Rétrécissement aortique serré paradoxal

Mis en ligne le 13/04/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,22 Mo)
  • Le rétrécissement aortique paradoxal (RAP) est défini par une SAo < 1cm2, un gradient moyen (GM) < 40 mmHg, un volume d'éjection systolique indexé (VESi) < 35 ml/m2 et une fraction d'éjection (FE) conservée. Il représente moins de 10 % des RA serrés à FE préservée.
  • Ce diagnostic est souvent effectué par excès. Il est impératif d'éliminer une erreur de mesure, d'utiliser systématiquement l'incidence parasternale droite et sus-sternale pour ne pas sous-estimer le gradient.
  • Le diagnostic doit être confirmé par la mesure du score calcique par scanner.
  • Un remplacement valvulaire percutané ou chirurgical n'est envisagé qu'après avoir vérifié que le RAP est véritablement serré et que la symptomatologie fonctionnelle est directement liée à la valvulopathie.

En raison du vieillissement de la population, le rétrécissement aortique (RA) calcifié est actuellement la valvulopathie native la plus fréquente en Europe. La Société européenne de cardiologie définit aujourd'hui le RA serré par une vitesse transaortique maximale (Vmax) > 4 m/s, un gradient moyen (GM) > 40 mmHg et une surface valvulaire aortique (SAo) < 1 cm2 ou 0,6 cm2/m2. Néanmoins, ces paramètres sont discordants chez 20 à 30 % des patients. Ces discordances correspondent, dans la très grande majorité des cas, à une Vmax < 4 m/s (ou un GM < 40 mmHg) en faveur d'un RA modéré et une SAo < 1 cm2 ou < 0,6 cm2/m2 plaidant pour un RA serré.

auteur
Pr Christophe TRIBOUILLOY

Médecin
Cardiologie et maladies vasculaires
CHU, Amiens
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Cardiologie
Mots-clés