Rupture de cordage : une cause de mort subite ?

Mis en ligne le 01/05/2001

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 116,21 Ko)
Mots-clés : Insuffisance mitrale - Prolapsus valvulaire - Mort subite. Cette question peut surprendre, car c’est habituellement à propos du rétrécissement aortique et non des ruptures de cordage que l’on est amené à évoquer le risque de mort subite dans le cadre des valvulopathies. Ce risque a cependant été estimé à 1,8 % par an dans une série rapportée en 1999 par l’équipe de la Mayo Clinic, et représente un des arguments en faveur d’une chirurgie précoce des insuffisances mitrales par rupture de cordage lorsqu’une plastie est réalisable et que le terrain s’y prête (1). Pourquoi les ruptures de cordage comporteraient-elles un risque particulier de mort subite ? Les facteurs à considérer sont l’insuffisance mitrale, les troubles du rythme ventriculaires, la fonction ventriculaire gauche et les résultats de certaines séries autopsiques. L’ insuffisance mitrale est pratiquement toujours importante en cas de rupture de cordage (figure 1). L’existence d’une insuffisance mitrale majore le risque de mort subite chez les patients ayant un prolapsus valvulaire mitral, et l’incidence annuelle de la mort subite a été estimée à 0,02 % en l’absence de fuite mitrale contre 0,9 à 1,8 % en cas d’insuffisance mitrale (2). D’une manière générale, le risque de mort subite est important chez les patients ayant une insuffisance mitrale volumineuse non opérée indépendamment de son étiologie, et la mort subite représentait 65 % des décès de cause cardiaque dans une série rapportée par Delahaye (3). La prévalence des troubles du rythme ventriculaires n’est pas plus élevée chez les patients ayant un prolapsus valvulaire mitral sans fuite mitrale importante que dans un groupe contrôle (4). En revanche, la prévalence des arythmies ventriculaires est plus importante chez les patients ayant un prolapsus valvulaire mitral lorsqu’il existe une insuffisance mitrale associée, et la prévalence des tachycardies ventriculaires était de 35 % dans cette situation contre 5 % en cas de prolapsus sans fuite mitrale selon Kligfield (5). Le risque d’arythmies ventriculaires est globalement important chez les patients ayant une insuffisance mitrale volumineuse indépendamment de son étiologie (5, 6).
centre(s) d’intérêt
Cardiologie