Dossier

Absence de relation moléculaire entre les tumeurs à malignité atténuée (borderline) et les cancers héréditaires de l’ovaire

Mis en ligne le 01/09/2000

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 78,89 Ko)
Résumé de la relation tumeurs borderline et cancers de l’ovaire L’analyse de marqueurs biologiques suggère que les tumeurs à malignité atténuée ne partagent pas les mêmes anomalies génétiques et la même étiopathogénie que les cancers de l’ovaire. l Objectifs de l’étude. Il persiste des divergences d’opinion concernant la possibilité que les tumeurs à malignité atténuée (dites borderline) représentent des précurseurs des tumeurs épithéliales invasives de l’ovaire. L’étude de marqueurs biologiques permet d’analyser la relation entre ces deux types de tumeurs. l Modalités. Revue de la littérature et analyse de la présence des mutations 185de1AG-BRCA1 et 6174de1T-BRCA2 chez les patientes porteuses de tumeurs borderline et chez les patientes porteuses de cancers ovariens. l Résultats. Un nombre important d’études des marqueurs biologiques dans les tumeurs à malignité atténuée ne trouvent pas de similitudes avec les cancers invasifs de l’ovaire. Par ailleurs, seules 2,2 % de patientes israéliennes souffrant de tumeurs à potentiel malin réduit présentent une mutation dans le gène 185de1AG-BRCA1, contrairement aux 32 % de patientes israéliennes souffrant de cancers ovariens et présentant une mutation (p < 0,0003). l Conclusion. Ces résultats suggèrent que la prédisposition génétique ainsi que les mécanismes moléculaires à l’origine des tumeurs borderline et des cancers héréditaires de l’ovaire sont différents. l Mots-clés. Borderline - Cancer de l’ovaire - Génétique - Héréditaire - Familial - Mutation - BRCA.
centre(s) d’intérêt
Gynécologie et obstétrique