Editorial

Comprendre la ménopause… ou comment changer le regard des femmes et de la société !

Mis en ligne le 31/10/2021

Auteurs : Dr Brigitte Raccah-Tebeka, Pr Geneviève Plu-Bureau

Lire l'article complet (pdf / 85,03 Ko)

Quel gynécologue n'a pas été confronté à l'image négative qu'ont ses patientes de la ménopause ? Pour la majorité des femmes, la ménopause est un abîme, synonyme de vieillesse, de perte du pouvoir de séduction, de fin de la sexualité, de prise de poids et de dépression. Certes, il est indiscutable qu'il s'agit d'une étape importante avec arrêt définitif du fonctionnement ovarien entraînant des symptômes ou des modifications physiques désagréables, voire invalidants. Ce passage correspond aussi souvent à une période de la vie difficile où les enfants quittent le nid, où la vie sentimentale peut s'étioler et la vie professionnelle se compliquer, mais fort heureusement pas fatalement !

L'âge moyen de la ménopause en France se situe vers 51 ans et l'espérance de vie ne cesse d'augmenter permettant d'envisager encore de belles décennies. Alors comment aider ces femmes à maintenir toute leur énergie personnelle et professionnelle, à profiter d'une liberté nouvelle sans risque de grossesse ou sans règles invalidantes ?

Le rôle du gynécologue est essentiel pour dédramatiser, accompagner, soulager mais aussi aider à faire un point de santé globale. Tous les moyens possibles (hormonaux ou non, médicamenteux ou non) seront mis en œuvre pour améliorer la qualité de vie de la femme et gérer les bouffées vasomotrices mais également prévenir ou traiter le syndrome génito-urinaire de la ménopause (SGUM). Cette période est aussi le moment idéal pour mettre à jour les examens de dépistage (sein, col, côlon) et évaluer les facteurs de risque cardiovasculaire et osseux. Leur prise en charge spécifique peut alors se faire en collaboration avec d'autres spécialistes, comme des cardiologues ou des rhumatologues.

Aborder les thèmes de l'hygiène diététique, des addictions, de l'activité physique, c'est aussi ouvrir de nouvelles perspectives pour améliorer sa santé mais aussi son bien‑être général. Pourquoi donc ne pas profiter de ce passage obligé qu'est la ménopause pour optimiser sa vie, changer ses éventuelles mauvaises habitudes ? Le praticien doit cependant s'adapter à chaque femme pour lui proposer des modifications réalistes et adaptées à ses capacités, à son mode de vie et à ses envies… avec un seul mot d'ordre : il n'est jamais trop tard !

Ce nouveau numéro de La Lettre du Gynécologue se veut didactique pour aider les praticiens à trouver des solutions pratiques. Ainsi, en répondant simplement à des questions précises, les auteurs ont accepté de partager leur expertise dans le but de perfectionner la prise en charge des femmes ménopausées. Qu'ils soient tous très chaleureusement remerciés de leur enthousiasme et de leur engagement pour la santé des femmes.

Alors bonne lecture à tous et belle ménopause à toutes !


Liens d'interêts

B. Raccah-Tebeka et G. Plu-Bureau déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet éditorial.

auteurs
Dr Brigitte RACCAH-TEBEKA

Médecin, Gynécologie, Hôpital Robert Debré, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Geneviève PLU-BUREAU

Médecin, Gynécologie, Hôpital Port-Royal, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Gynécologie et obstétrique