Dossier

Les causes rares de malabsorption

Mis en ligne le 11/04/2018

Mis à jour le 30/04/2018

Auteurs : Jenny Tannoury, Aurélien Amiot

  • Les entéropathies tropicales représentent un groupe hétérogène au sein duquel on distingue la sprue tropicale et l'entéropathie environnementale. Leur étiologie semble liée à une pullulation microbienne du grêle et à une dysbiose au profit de bactéries pro-inflammatoires.
  • Une entéropathie médicamenteuse entraînant un syndrome de malabsorption a été décrite avec les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), l'olmésartan, le mycophénolate mofétil et les inhibiteurs de checkpoint.
  • Après élimination d'une maladie cœliaque, la présence d'une entéropathie atrophiante doit faire évoquer une sprue réfractaire et un déficit immunitaire commun variable.
  • La colonisation bactérienne chronique de l'intestin grêle est diagnostiquée par un test respiratoire à l'hydrogène (H2) après l'ingestion de 50 g de glucose.
Liens d'interêts

A. Amiot déclare avoir des liens d’intérêts avec Abbvie, Hospira, Takeda, Gilead et Biocodex (consulting) ; Abbvie, Grifols, Janssen, Biocodex, Ferring, Takeda et MSD (défraiements pour des conférences ou des frais de transport) ; Gilead, Takeda et Abbvie (advisory board).

J. Tannoury déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Dr Jenny TANNOURY

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, Hôpital Henri-Mondor, AP-HP, Créteil, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Aurélien AMIOT

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, Hôpital Henri-Mondor, AP-HP, Créteil, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Gastroentérologie
Mots-clés