Dossier

Génétique du carcinome hépatocellulaire

Mis en ligne le 03/02/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,15 Mo)
  • Chaque carcinome hépatocellulaire (CHC) est une unique combinaison d'altérations génétiques somatiques avec une moyenne de 40 à 60 mutations par tumeurs dans les régions codantes.
  • Les mutations du promoteur de TERT, de TP53 et de CTNNB1 sont les altérations génétiques somatiques les plus fréquentes des CHC.
  • La combinaison d'une signature moléculaire transcriptomique du foie tumoral et non tumoral permet de prédire le pronostic des patients avec CHC traités par résection.
  • La dissection du génome du CHC est le premier pas vers l'adaptation des traitements à la biologie tumorale.

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est la deuxième cause de décès par cancer dans le monde. Seule une minorité de patients est diagnostiquée à un stade précoce et a accès à un traitement curatif chirurgical ou percutané. Dans le cas des CHC avancés, le sorafénib, un inhibiteur de tyrosine kinase, est le seul traitement validé, mais présente une activité antitumorale limitée. Chaque CHC est le résultat d'une combinaison unique d'altérations génétiques somatiques associée à un profil épigénétique et à une dysrégulation de l'expression des gènes particuliers (transcriptome). Le séquençage du génome complet des tumeurs peut être effectué de manière rapide avec un coût limité grâce au séquençage haut débit de nouvelle génération. Chaque CHC est composé en moyenne de 40 à 60 mutations somatiques dans les régions codantes du génome. Ces mutations sont divisées en mutations dites “driver”, impliquées dans la carcinogenèse, et en mutations plus fréquentes dites “passagères” survenant de manière stochastique dans des gènes non impliqués dans la carcinogenèse. Le but de cette revue est de décrire les principales voies de signalisation altérées dans le CHC, et de montrer l'impact de l'analyse du génome des CHC dans notre pratique clinique future.

Liens d'interêts

M. Allaire déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

J.C. Nault n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Manon ALLAIRE

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, CHU Côte-de-Nacre, Caen, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Jean-Charles NAULT

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, Hôpital Jean-Verdier, hôpitaux universitaires Paris Seine-Saint-Denis, AP-HP, Bondy, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Hépatologie,
Oncologie digestif
Mots-clés