Dossier

Le jeûne thérapeutique en cancérologie : mythe ou réalité ?

Mis en ligne le 09/11/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 81,34 Ko)
  • En l'absence d'études cliniques chez l'homme, le jeûne pendant les chimiothérapies n'est pas recommandé. De plus, cette pratique pourrait aggraver la dénutrition.

La pratique du jeûne est traditionnelle dans de nombreuses religions, et ses vertus “purificatrices” ont toujours été discutées. Plusieurs études récentes ont montré que des animaux soumis à une restriction calorique ou à un jeûne vivaient plus longtemps que ceux qui mangeaient sans restriction. Le jeûne ou la restriction calorique pourrait ralentir le vieillissement cellulaire, limiter les processus inflammatoires et réduire le risque de certaines pathologies (cardiovasculaires, cancéreuses, etc.), mais ces données ne sont pas actuellement confirmées chez l'homme.

Liens d'interêts

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Bruno RAYNARD

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, Institut Gustave Roussy, Cancer Campus, Grand Paris, Villejuif, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Pierre SENESSE

Médecin, Gastro-entérologie et hépatologie, ICM, Parc Euromédecine, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Gastroentérologie,
Hépatologie,
Oncologie digestif
Mots-clés