Dossier

Quand arrêter un immunosuppresseur ou une biothérapie au cours des MICI ?

Mis en ligne le 31/08/2018

Mis à jour le 22/09/2018

Auteurs : Vered Abitbol

Recommandé par 1 personne

  • La désescalade thérapeutique se discute chez des patients atteints de MICI en rémission prolongée et/ou dans certaines situations : grossesse, sujet âgé, cancer.
  • Les risques de rechute de la MICI, ses conséquences et l'efficacité d'un retraitement guident les décisions ; ils sont comparés aux effets indésirables potentiels d'un traitement prolongé.
  • La rémission profonde (clinique, biologique et endoscopique) diminue le risque de récidive.
  • Les patients ayant un antécédent de perte de réponse nécessitant l'optimisation du traitement par anti-TNF, ou une maladie réfractaire (extensive/compliquée) ont un risque élevé de récidive après désescalade thérapeutique.
  • Une durée minimale de 1 an de combothérapie semble raisonnable avant d'envisager l'arrêt de l'immuno­suppresseur.
Liens d'interêts

L’auteur déclare avoir des liens d’intérêts avec Janssen, AbbVie, Takeda, Vifor Pharma, Biogen, Amgen, Pfizer, Sandoz, Arkopharma.

auteur
Pr Vered ABITBOL
Pr Vered ABITBOL

Médecin
Gastro-entérologie et hépatologie
Hôpital Cochin, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Gastroentérologie
thématique(s)
MICI
Mots-clés