Dossier

Les antivaccins : analyse d'un phénomène de société

Mis en ligne le 01/12/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 205,63 Ko)

La France est le pays où circulent le plus de messages négatifs vis-à-vis de la vaccination. D'où vient le phénomène antivaccinal ? Qui sont les “antivaccins” ? Quels messages utilisent-ils ? Quelle a été, et quelle est, l'attitude de la société française à leur égard ?

Le phénomène “antivaccinal”, terme très réducteur, a probablement débuté en même temps que la vaccination elle-même. C'est en Grèce que Thucydide décrit, au Ve siècle avant J.C., les premières observations d'immunisation lors de l'épidémie de peste qui a touché Athènes. En Chine, Ge Hong décrit dès le IVe siècle après J.C. l'immunisation contre la variole. C'est aux Xe et XIe siècles qu'elle sera standardisée, et au XVIe siècle que son utilisation deviendra systématique. La technique chinoise consiste à utiliser le contact avec des vêtements ou des croûtes séchées de malades. Nous n'avons de données ni sur les effets indésirables ni sur la tolérance, mais on les imagine facilement. La diffusion se fera par la Turquie. Ce sont les Ottomans qui inventent la technique consistant à introduire dans des scarifications de la lymphe fraîche de pustules. Cette technique parvient en Europe en 1721, grâce à Lady Mary Wortley Montagu. Les premières oppositions connues apparaissent alors. L'importance des épidémies permet cependant d'accepter des risques pourtant réels : 7 à 8 décès pour 1 000 inoculations, alors que le taux de mortalité de la variole, maladie omniprésente, est de 1 décès pour 5 malades.

Liens d'interêts

F. Vié-le-Sage déclare avoir des liens d’intérêts avec Sanofi Pasteur MSD, GSK, Pfizer (groupes de travail, symposiums, congrès).

N. Beslay n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteurs
centre(s) d’intérêt
Infectiologie,
Pédiatrie,
Vaccinologie
thématique(s)
infections,
Vaccins
Mots-clés