Mise au point

Diagnostic et traitement des infections à cytomégalovirus après allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ou transplantation d'organe solide

Mis en ligne le 21/04/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 655,50 Ko)
  • Le diagnostic de l'infection à cytomégalovirus (CMV) a bénéficié ces dernières années de la mise à disposition de techniques par PCR en temps réel, techniques standardisées et automatisées qui assurent un diagnostic précoce de l'infection, et de l'utilisation d'un standard international qui permet une meilleure comparaison des résultats entre techniques différentes.
  • De nouvelles molécules antivirales actuellement à l'étude ont montré des résultats prometteurs dans les essais de phase II et pourraient occuper une place de choix dans les stratégies de prévention.
  • Le suivi de l'infection à CMV chez les receveurs d'allogreffe devrait s'enrichir dans l'avenir de l'évaluation de la réponse immunitaire cellulaire, permettant de mieux cibler l'administration des traitements préventifs, en particulier l'immunothérapie adoptive.
auteur
Dr Marie-Christine MAZERON

Médecin
Biologie médicale
Laboratoire de microbiologie, Hôpital Saint-Louis, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Infectiologie
Mots-clés