Maladies vasculaires du foie et infection par le VIH

Mis en ligne le 21/02/2011

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 311,81 Ko)
Un nombre croissant de cas de maladies vasculaires du foie sont rapportés chez les personnes vivant avec le VIH. On sait aujourd’hui que cette maladie est secondaire à une oblitération chronique et progressive de la veine porte et de ses branches. Le mécanisme de cette atteinte vasculaire n’est pas complètement élucidé. Une toxicité des antiviraux – notamment la didanosine – est évoquée, de même qu’une thrombophilie acquise par un déficit auto-immun en protéine S. La veinopathie portale associée à l’infection par le VIH est une maladie longtemps asymptomatique, et c’est souvent au moment des complications (parfois sévères) que le diagnostic intervient. Les signes avant-coureurs sont aspécifiques (anomalies des tests hépatiques ou cytopénie inexpliquée, splénomégalie ou dysmorphie hépatique à l’échographie). Le diagnostic est avant tout histologique. Pour l’heure, le traitement n’est pas établi et le bénéfice des anticoagulants reste à démontrer dans cette indication.
centre(s) d’intérêt
Infectiologie
Mots-clés