Dossier

Manifestations neurologiques au cours de l'infection par le virus chikungunya

Mis en ligne le 22/09/2017

Auteurs : B. Hoen

Lire l'article complet (pdf / 699,06 Ko)
  • Même si le virus du chikungunya n'est pas à proprement parler un virus neurotrope, l'infection peut être émaillée de complications neurologiques, touchant aussi bien le système nerveux central que le système nerveux périphérique.
  • Comparativement aux années pré-épidémiques, les taux d'incidence des encéphalites à La Réunion et des syndromes de Guillain-Barré dans les Antilles ont été multipliés par un facteur de 2 à 3 au cours des épidémies qui sont survenues dans ces territoires.
  • Le risque et la gravité des encéphalites associées au chikungunya semblent plus importants chez les nourrissons et les personnes âgées.

Le virus chikungunya est un alphavirus de la famille des Togaviridae, transmis par les moustiques du genre Aedes. Les 2 principales manifestations cliniques du chikungunya sont la fièvre et les atteintes articulaires (arthralgies et arthrites). Jusqu'à un passé récent, on n'attribuait pas au virus un neurotropisme particulier, contrairement aux Flavivirus comme le virus West Nile − ou virus du Nil occidental −, celui de l'encéphalite japonaise, celui de l'encéphalite à tiques ou même aux autres virus de la famille des Togaviridae, notamment ceux des encéphalites équines (tableau). Des manifestations neurologiques centrales ont pourtant été rapportées à l'occasion d'épidémies importantes de chikungunya dès les années 1960, notamment en Inde (1) et en Thaïlande (2). Mais c'est surtout au cours de l'épidémie de chikungunya sur l'île de La Réunion en 2005-2006 que des manifestations neurologiques liées au virus ont été rapportées de façon détaillée, avec des observations d'encéphalite et de méningite, notamment chez des enfants (3, 4), ainsi que de rares cas de syndrome de Guillain-Barré (SGB) [5]. Ces observations ont ensuite été confirmées à l'occasion d'autres épidémies, notamment aux Antilles (6).

Liens d'interêts

B. Hoen déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Pr Bruno HOEN
Pr Bruno HOEN

Médecin
Médecine interne
CHU, Pointe-à-Pitre, Guadeloupe
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Infectiologie,
Neurologie
Mots-clés