Dossier

Médecine tropicale – Un nouvel outil pour la prévention du paludisme : les anticorps monoclonaux

Mis en ligne le 28/02/2022

Auteurs : Loïc Epelboin

Le paludisme à Plasmodium falciparum (Pf) infecte200à400millions de personnes chaque année, avec400 000décès , principalement chez les enfants d'Afrique subsaharienne (World Health Organization. World malaria report 2015) . L'incidence du paludisme a diminué de façon importante entre2000et2015grâce aux moustiquaires imprégnées d'insecticides et aux thérapies combinées à base d'artémisinine, mais elle remonte depuis. Les auteurs de l'étude commentée évoquent l'efficacité limitée des essais vaccinaux et donc insistent sur le besoin de nouveaux outils de prévention pour réduire la morbidité et la mortalité dues au paludisme. Un nouvel anticorps monoclonal humain à demi-vie prolongée, CIS43LS, dirigé contre une protéine circumsporozoïte de Pf, a été mis au point. Les anticorps peuvent prévenir le paludisme en neutralisant les sporozoïtes infectieux de Pf présents dans la peau et le sang avant qu'ils ne puissent infecter les hépatocytes.

Liens d'interêts

L. Epelboin déclare ne pas avoir de liens d’intérêts enrelation avec cet article.

auteur
Dr Loïc EPELBOIN
Dr Loïc EPELBOIN

Médecin
Pathologie infectieuse et tropicale, clinique et biologique
Centre hospitalier Andrée Rosemon, Cayenne, Guyane française
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Infectiologie