Thérapeutique

Prise en charge des infections à CMV chez les personnes infectées par le VIH

Mis en ligne le 13/10/1998

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 59,56 Ko)

Chez les patients infectés par le virus de l’immunodéficience humaine à un stade d’immunodépression avancé, la maladie à CMV était jusqu’à ces dernières années une infection fréquente, au pronostic visuel et vital péjoratif, au traitement lourd, toxique et coûteux. Plusieurs schémas thérapeutiques ont prouvé leur efficacité ; des stratégies de prophylaxie primaire réservées aux patients les plus à risque de développer une maladie à CMV ont été évaluées et ont montré, pour quelques-unes d’entre elles, une certaine efficacité. Les conséquences sur l’infection à CMV des nouvelles stratégies thérapeutiques utilisant à large échelle des antirétroviraux hautement efficaces sont imparfaitement appréhendées ; ces traitements ont, en effet, entraîné une réduction importante de l’incidence des maladies à CMV et soulèvent la question de l’intérêt de la poursuite des traitements prophylactiques primaires et secondaires chez les malades chez lesquels l’infection rétrovirale est contrôlée de façon prolongée.

La maladie à CMV était une importante cause de morbidité et de mortalité chez les patients présentant une infection par le VIH évoluée, plus fréquente depuis l’utilisation répandue des prophylaxies de la pneumocystose et de la toxoplasmose cérébrale. La rétinite à CMV était la principale manifestation de la maladie à CMV, représentant 85 % des localisations.

[...]

auteurs
Pr Xavier DUVAL

Médecin, Hôpital Bichat, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Infectiologie
Mots-clés