Troubles cognitifs et infection par le virus de l’immunodéficience humaine

Mis en ligne le 24/10/2012

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 408,22 Ko)
»» Le VIH pénètre dans le SNC dès les premiers stades de l’infection.
»» Le tableau sévère de démence associée au VIH est devenu rare en raison de l’efficacité des traitements antirétroviraux.
»» La plainte cognitive est fréquente chez le patient VIH, même avec une charge virale indétectable.
»» Les troubles cognitifs peuvent être le reflet d’une infection incontrôlée, d’une inflammation chronique, d’une pathologie vasculaire cérébrale associée, d’un syndrome dépressif ou d’une affection dégénérative débutante.
»» Les antirétroviraux ont une pénétration intracérébrale variable, actuellement quantifiée par le score CPE.
»» Un bilan cognitif anormal justifie la réalisation d’une IRM, voire d’une ponction lombaire, et peut inciter à changer de traitement antirétroviral.
centre(s) d’intérêt
Infectiologie
Mots-clés