Dossier

Diagnostic différentiel de névrite optique : le point de vue du neurologue

Mis en ligne le 30/11/2022

Auteurs : S. Demuth, N. Collongues

  • La première cause de névrite optique est la SEP, dont le tableau classique consiste en des manifestations modérées définissant les névrites optiques “typiques”. Hors contexte extraneurologique, le diagnostic différentiel est dominé par les autres maladies démyélinisantes du système nerveux central. La MOGAD explique une part importante des névrites optiques jusque-là idiopathiques. Les névrites optiques récidivantes idiopathiques (RION et CRION) tendent à être considérées comme des entités syndromiques plutôt que nosologiques. La richesse de la sémiologie IRM, ophtalmologique et biologique des névrites optiques permet de poser un diagnostic probabiliste avant d'obtenir les sérologies anti-AQP4 et anti-MOG et d'utiliser des traitements de poussée agressifs impliquant précocement les échanges plasmatiques.
Liens d'interêts

S. Demuth et N. Collongues déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteurs
Dr Stanislas DEMUTH

Médecin, Neurologie, CHU, Strasbourg, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Nicolas COLLONGUES

Médecin, Neurologie, Hôpitaux universitaires, Strasbourg, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Neurologie
Mots-clés