Fiche

Évaluation médico-économique : l'essentiel à retenir

Mis en ligne le 12/09/2018

Mis à jour le 19/09/2018

Auteurs : A. Bénard, S. Chkair, N. Costa, N. Hayes, pour le groupement interrégional de recherche clinique et d’innovation Sud-Ouest Outre-Mer hospitalier (GIRCI SOHO)

Télécharger le pdf (pdf / 380,80 Ko)

L'évaluation médico-économique (EME) est un outil d'aide à la décision. En mettant en relation les résultats cliniques observés avec les efforts financiers consentis pour les obtenir, elle permet d'identifier les interventions qui maximisent l'état de santé d'une population dans la limite des ressources financières disponibles. Par définition comparative, elle repose sur l'estimation des coûts et des résultats cliniques moyens des interventions évaluées, paramètres nécessaires au calcul du ratio d'efficience (RE).

Celui-ci s'écrit : RE = ΔC⁄ΔE, où ΔE est la différence entre les résultats moyens, et ΔC, la différence entre les coûts moyens (1). Le RE représente le coût différentiel pour le gain de 1 point de résultat clinique avec l'intervention évaluée comparativement à l'intervention de référence.

Les résultats sont préférentiellement exprimés en années de vie, on parle alors d'analyse coût-efficacité ; ou en QALY (Quality-­Adjusted Life Years), on parle alors d'analyse coût-utilité. Un QALY est 1 année de vie pondérée par le bien-être (quality). Ce dernier est mesuré par l'utilité, un score compris entre 0 (état de mort) et 1 (parfait état de santé). Les QALY reflètent l'espérance de vie en bonne santé (figure 1) [1].

Le RE peut être présenté sur un plan coût-efficacité (figure 2), qui synthétise les 4 situations possibles issues de l'EME d'une intervention innovante comparée à l'intervention de référence. L'idéal est la situation où la nouvelle intervention est plus efficace et moins coûteuse. La prise de décision nécessite un arbitrage lorsque les différences d'efficacité et de coût ont une corrélation positive.

La thrombectomie mécanique est une avancée thérapeutique majeure dans la prise en charge des accidents vasculaires ischémiques. Plusieurs études ont estimé le ratio coût-utilité de cette stratégie comparativement à la thrombolyse intra­veineuse (2-4). Les résultats variaient de 11 651 à 16 001 dollars par QALY gagné. Le surcoût pour le gain de 1 QALY a été jugé acceptable par les financeurs, et la thrombectomie est désormais remboursée par l'Assurance maladie en France.

Le raisonnement médico-économique s'applique à tous les domaines et concerne tous les acteurs de la santé. Nous ne pouvons pas disposer des ressources de la collectivité (Assurance maladie obligatoire) sans nous interroger sur la meilleure façon de les utiliser. Les soignants peuvent utilement s'approprier ce champ d'expertise, car leur place est au cœur de cette réflexion stratégique qui participe à la définition du paysage sanitaire français de demain.■


FIGURES

Références

1. Drummond MF, Stoddart GL, Torrance GW. Methods for the economic evaluation of health care programmes. Sep 2015 4th ed. Oxford: Oxford university press.

2. Achit H, Soudant M, Hosseini K et al. Cost-Effectiveness of thrombectomy in patients with acute ischemic stroke: the THRACE randomized controlled trial. Stroke 2017;48(10):2843-7.

3. Ganesalingam J, Pizzo E, Morris S, Sunderland T, Ames D, Lobotesis K. Cost-utility analysis of mechanical thrombectomy using stent retrievers in acute ischemic stroke. Stroke 2015;46(9):2591-8.

4. Kim AS, Nguyen-Huynh M, Johnston SC. A cost-utility analysis of mechanical thrombectomy as an adjunct to intravenous tissue-type plasminogen activator for acute large-vessel ischemic stroke. Stroke 2011;42(7):2013-8.

Liens d'interêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

Mots-clés