Cas clinique

L'IRM est-elle vraiment normale ?

Mis en ligne le 25/11/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 523,27 Ko)

Une femme, âgée de 55 ans, traitée pour un glaucome, nous est adressée pour une baisse visuelle gauche progressive.

Cette patiente est traitée depuis 15 ans (2000) pour un glaucome pigmentaire et est actuellement sous trithérapie (timolol, dorzolamide, bimatoprost). Depuis 18 mois, elle se plaint d'une gêne visuelle gauche, et de brûlures, soulagées par des larmes artificielles. Une IRM cérébrale sans injection de produit de contraste est interprétée comme normale, mais ne comporte pas de coupes fines sur les voies visuelles.

Liens d'interêts

C. Vignal-Clermont déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Catherine VIGNAL-CLERMONT

Médecin
Ophtalmologie
Fondation ophtalmologique Adolphe-de-Rothschild et Centre national des Quinze-Vingts, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Neurologie,
Ophtalmologie
thématique(s)
Glaucome,
Imagerie,
Neuro-ophtalmologie
Mots-clés