Revue de presse (RDP)/Actualités Recherche

Photosensibilité et épilepsie

Mis en ligne le 22/11/2017

Auteurs : B. Herlin

Lire l'article complet (pdf / 84,80 Ko)

Le caractère photosensible de certaines épilepsies est connu depuis longtemps, mais est devenu plus important au cours des dernières décennies du fait de l'augmentation des stimulations lumineuses induites par les technologies numériques. La photosensibilité au cours d'une épilepsie apparaît le plus souvent durant l'adolescence, et peut disparaître entre 20 et 30 ans ou persister toute la vie. La photosensibilité est commune chez les patients souffrant d'une épilepsie généralisée idiopathique, principalement une épilepsie myoclonique juvénile, mais peut se voir dans des syndromes épileptiques plus rares (syndrome de Jeavons, etc.). Les patients souffrant d'une épilepsie partielle (surtout occipitale, mais dans une moindre mesure temporale) rapportent également, bien que plus rarement, des crises déclenchées par des stimulations visuelles. Une réaction photoparoxystique se voit en EEG lors de la stimulation lumineuse intermittente, le plus souvent pour des stimulations à la fréquence de 15 à 20 Hz, mais peut également s'observer pour des fréquences de 50-60 Hz, expliquant donc le rôle des écrans numériques. Les images riches en couleur rouge semblent également induire une photosensibilité plus importante. De même, le contraste de luminosité (une source fortement éclairée dans un environnement sombre, ou une alternance d'images lumineuses et sombres) favorise la photosensibilité. 

Commentaire

Chez les patients avec une épilepsie photosensible, les mesures protectrices peuvent être l'éviction d'objets avec une variance lumineuse importante, l'éloignement d'au moins 2-3 mètres d'un écran lorsqu'ils regardent la télévision, ou l'occlusion d'un des 2 yeux lorsqu'ils se retrouvent dans une situation potentiellement favorisante. 

À noter que la stimulation lumineuse intermittente peut également induire à l'EEG une réponse physiologique, le photoentraînement, fréquent chez les sujets sains et notamment les sujets jeunes, à ne pas confondre avec la photosensibilité (réponse photoparoxystique).


Références

Martins da Silva A, Leal B. Photosensitivity and epilepsy: Current concepts and perspectives-A narrative review. Seizure 2017;50:209-18.

Liens d'interêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Bastien HERLIN

Médecin
Neurologie
Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Neurologie
Mots-clés