Quoi de neuf dans la prise en charge des névrites optiques inflammatoires ?

Mis en ligne le 01/10/2001

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 95,09 Ko)
Points forts
  • On parle de “névrite optique rétrobulbaire” lorsque le nerf optique est normal à la phase aiguë ; les termes de “névrite optique antérieure” ou de “papillite” sont utilisés lorsqu’il existe un œdème papillaire. Dans tous les cas, le disque optique devient pâle 4 à 6 semaines après la baisse d’acuité visuelle.
  • La névrite optique idiopathique (ou associée à la sclérose en plaques [SEP]) est la plus fréquente des neuropathies optiques aiguës chez les patients de moins de 45 ans.
  • Les patients s’améliorent typiquement en quelques semaines quel que soit le traitement administré. Le risque de SEP certaine après un épisode isolé de névrite optique est estimé autour de 75 % à 15 ans.
  • Le diagnostic de névrite optique idiopathique est clinique. L’ONTT a montré que le seul examen complémentaire utile (mais non indispensable) est l’IRM cérébrale avec injection de gadolinium. Les autres examens, tels que le bilan sanguin, la radiographie pulmonaire et la ponction lombaire, ne sont pas nécessaires lorsque la névrite optique est typique.
  • L’ONTT a confirmé que l’IRM est un moyen puissant de prédire le risque ultérieur de SEP certaine :
    IRM normale Au moins 3 lésions sur l’IRM
    Risque de SEP certaine :
    Après 2 ans 5 % 32 %
    Après 5 ans 16 % 51 %
  • L’ONTT a remis en cause la prescription de corticoïdes par voie orale dans les névrites optiques idiopathiques. Le traitement par prednisone p.o. seule non seulement n’était d’aucun bénéfice mais était associé à une augmentation du risque de récidive de névrite optique dans l’œil atteint initialement aussi bien que dans l’œil controlatéral.
  • Dans l’ONTT, le traitement intraveineux était associé avec une récupération plus rapide de l’acuité visuelle mais sans aucun bénéfice à long terme.
  • L’essai thérapeutique CHAMPS a suggéré que l’interféron b1a devrait être débuté immédiatement après un premier épisode de névrite optique idiopathique avec une IRM anormale afin de réduire le risque de survenue de SEP certaine.
  • Les recommandations de l’ONTT ne s’appliquent qu’aux patients ayant une névrite optique idiopathique typique vue dans les 8 jours suivant la baisse d’acuité visuelle.
centre(s) d’intérêt
Neurologie,
Urologie