Editorial

Toute douleur est souffrance ...

Mis en ligne le 02/01/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 78,84 Ko)

La douleur n'est jamais le prolongement d'une altération organique, mais une activité de sens affectant la personne qui la ressent. L'éprouvé de la douleur, c'est-à-dire la souffrance, n'est nullement la duplication de l'événement corporel, il est la conséquence d'une relation intime et spécifique à une situation et à un public. Les limites de la tolérance des uns ne sont pas celles des autres. La relation à la douleur est toujours pour l'individu une question de signification et de valeur – une relation intime au sens, à une situation –, et non de seuil biologique. Elle n'est pas seulement “physique”, car elle englobe l'individu dans son entier, et d'abord son rapport à soi et au monde. La douleur envahit le monde de l'individu, elle implique un retentissement moral, elle désorganise les choses et perturbe en profondeur les intentions et les activités envisagées.

auteur
M David LE BRETON

Professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg, Strasbourg
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Neurologie