Mise au point

Traumatisme crâniocérébral léger et syndrome post-commotionnel

Mis en ligne le 31/03/2019

Auteurs : M. Cogné, É. Guillouët, V. Perdrieau, P. Azouvi

  • Importance de la prévalence des TCCL en population générale : environ 150 000 cas par an en France.
  • La plupart des patients ayant eu un TCCL ont un pronostic favorable à court terme ; 10 à 20 % des patients ayant subi un TCCL vont développer un syndrome post-commotionnel défini par l'association de symptômes physiques, cognitifs et psychologiques.
  • Certains facteurs de mauvais pronostic de récupération après un TCCL ont été mis en évidence, tels que des facteurs sociodémographiques (âge compris entre 40 et 64 ans, faible niveau d'études), lésionnels (score de Glasgow initial, longue période d'amnésie post-traumatique) et des comorbidités (antécédent psychiatrique, antécédent de traumatisme crâniocérébral, abus d'alcool le jour du TCCL).
  • Plusieurs études récentes mettent en évidence des anomalies cérébrales en imagerie fonctionnelle ; néanmoins, l'attribution des symptômes présentés par les patients TCCL à ces anomalies paracliniques n'est pas toujours aisée.
Liens d'interêts

M. Cogné déclare avoir des liens d’intérêts avec Allergan et Ipsen.

E. Guillouët et V. Perdrieau n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

P. Azouvi déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Dr Mélanie COGNÉ

Médecin, Médecine physique et réadaptation, CHU de Rennes, Rennes, France

Contributions et liens d’intérêts
M PHILIPPE AZOUVI

Médecin, Neurologie, SERVICE REEDUCATION NEUROLOGIQUE, GARCHES, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Neurologie
thématique(s)
Neurovasculaire - Céphalées
Mots-clés