Revue de presse (RDP)/Actualités Recherche

Anticorps monoclonaux dans le traitement des rhinosinusites chroniques avec polypose nasale

Mis en ligne le 29/09/2018

Auteurs : Dr Celeste Rebours

Lire l'article complet (pdf / 71,14 Ko)

Les rhinosinusites chroniques sont souvent associées à de l'asthme, de l'allergie, une sensibilité à l'aspirine. La forte connexion entre polypose nasale et asthme, avec une bonne efficacité des thérapies ciblées de l'asthme sur la polypose, encourage à évaluer l'efficacité et les effets indésirables des thérapies par anticorps monoclonaux sur les rhino sinusites chroniques avec polypose nasale. L'objectif de cette étude était de faire une revue de la littérature d'essais randomisés contrôlés, comparant anticorps monoclonal et placebo, afin d'évaluer l'efficacité de ces thérapies sur la réduction du score nasal endoscopique, le score de Lund-Mackay (pourcentage d'opacification des sinus sur le scanner), sur des scores cliniques (SNOT-20 et SNOT-22, SF-36 score, PSIT score, Peak Nasal Inspiratory Flow, taux d'éosinophiles, taux d'IL5 nasal et sérique). Sur 1 089 études évaluées, 6 articles ont répondu aux critères d'inclusion pour l'analyse qualitative des données, publiés de 2006 à 2017, avec un total de 256 patients (142 anticorps monoclonaux, 114 placebos). La réduction du score nasal endoscopique était constatée dans 5 articles, amélioration du score radiologique dans 4 des 6 articles, l'amélioration du flux nasal et de l'olfaction dans 4 des 6 études. Les scores cliniques étaient globalement améliorés. Les effets indésirables recueillis étaient bénins : rhinopharyngites, infections des voies aériennes. Huit effets indésirables sérieux ont été relevés, et semblent ne pas pouvoir être attribuables au traitement. Cette revue de la littérature met en évidence de bons résultats subjectifs et objectifs des thérapies par anticorps monocolonaux, avec la nécessité d'effectuer des essais complémentaires pour en préciser les modalités.

Commentaire

Le bénéfice attendu des thérapies par anticorps monoclonaux dans le traitement des rhinosinusites chroniques est important. Actuellement, seuls les pneumologues et internistes peuvent prescrire ces thérapies coûteuses. Les patients qui ont accès à ce traitement sont les plus symptomatiques, avec une pathologie rhinologique entrant dans un cadre général (asthme sévère). 

Références

Testsos N, Goudakos J, Daskalakis D, et al. Monoclonal antibodies for tretament of chronic rhinosinusitis with nasal polyposis : a systematic review. Rhinology 2018;56:11-21.

Liens d'interêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Céleste REBOURS

Médecin
ORL et chirurgie cervico-faciale
CHI de Poissy-Saint-Germain-en-Laye, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
ORL
Mots-clés