Mise au point

Intérêts de la désensibilisation dans la rhinite allergique

Mis en ligne le 20/06/2017

Mis à jour le 20/06/2017

Auteurs : G. Mortuaire, J. Nevoux, J.F. Papon

Télécharger le pdf (pdf / 111,35 Ko)
  • La rhinite allergique (RA) est très fréquente et peut aboutir une altération significative de la qualité de vie.
  • L'immunothérapie antiallergénique (ITA) constitue le seul traitement étiologique susceptible de modifier l'histoire naturelle de la maladie allergique respiratoire.
  • Les études les plus récentes prouvent que l'ITA atténue les symptômes de la RA et réduit la consommation de traitements symptomatiques (corticoïdes, antihistaminiques).
  • L'ITA, lorsqu'elle est introduite suffisamment tôt, serait susceptible de réduire le risque de survenue d'un asthme et de nouvelles sensibilisations.
  • Les formes sublinguales (en gouttes ou en comprimés) apportent des résultats comparables à ceux de la voie sous-cutanée, tout en proposant une utilisation plus simple et, a priori, moins risquée.

La rhinite allergique (RA) touche plus de 400 millions de personnes dans le monde. Sa prévalence en Europe varie de 17 à 29 % (1). La gêne fonctionnelle qu'elle induit entraîne une altération de la qualité de vie, du sommeil et des performances professionnelles estimée à 20 % (2). Les acariens sont les allergènes auxquels la sensibilité est la plus fréquente (64 %), suivis par les pollens de graminées (61 %), les pollens d'arbres (41 %) et les phanères de chat (30 %) [1].

Parallèlement aux traitements symptomatiques (antihistaminiques, corticostéroïdes et antileucotriènes) et à l'éviction des allergènes, l'immuno­thérapie antiallergénique (ITA) constitue à l'heure actuelle le seul traitement à visée étiologique susceptible de modifier l'évolution de la maladie allergique et de diminuer la fréquence d'un asthme que l'on retrouve dans 40 % des cas de RA (1, 3-4). De nombreux travaux ont permis de développer cette approche thérapeutique en décrivant les résultats de la voie sous-cutanée (immunothérapie par voie sous-cutanée [SCIT]) puis, plus récemment, de la voie sublinguale (immunothérapie par voie sublinguale [SLIT]) en gouttes et en comprimés. Pourtant, l'ITA reste une option thérapeutique insuffisamment exploitée, en particulier par les ORL.

Mécanismes immunobiologiques de l'immunothérapie antiallergénique

L'atopie respiratoire correspond à la production d'IgE lors de l'inhalation de pneumallergènes communs. La réaction immunitaire allergique fait intervenir une réponse lymphocytaire de type Th2 (sécrétion de cytokines : IL-4, IL-5, IL-9 et IL-13) et une réponse humorale IgE. Lors de la répétition des expositions à l'allergène, les complexes immuns IgE-antigène déclenchent la dégranulation des mastocytes, à l'origine de la réaction inflammatoire muqueuse et du recrutement d'autres cellules effectrices (polynucléaires éosinophiles, basophiles) [3].

L'ITA consiste en l'administration régulière d'extraits allergéniques spécifiques purifiés par voie générale ou locale. Cette exposition répétée modifie le profil immunitaire du patient en orientant la réponse immunitaire vers la production de lymphocytes de profil Th1 et de lymphocytes T régulateurs (Treg) libérant 2 cytokines inhibitrices, l'IL-10 et le TGFβ (4-5). Une augmentation transitoire du taux d'IgE peut s'observer lors de l'instauration d'une ITA (6). Ces IgE sont considérées comme non fonctionnelles, incapables d'activer la dégranulation mastocytaire.

Indications et utilisation de l'immunothérapie antiallergénique dans la rhinite allergique

Selon les recommandations de l'ARIA (Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma) [1], l'ITA est indiquée dans la RA modérée ou sévère (80 % des cas de RA), persistante ou intermittente (saisonnière ou perannuelle), insuffisamment contrôlée par les traitements symptomatiques. Elle est recommandée à partir de 5 ans, dans la mesure où l'identification des premiers signes d'une réaction anaphylactique est difficile avant cet âge. Des contre-indications absolues et relatives ont été formulées en 2015 par l'European Academy of Allergy and Clinical Immunology (EAACI) [tableau] (7). Une ITA ne devrait pas être instaurée pendant la grossesse, mais peut être poursuivie si elle était bien tolérée avant la conception (3).

Les voies d'administration de l'ITA sont la voie injectable sous-cutanée et la voie sublinguale en gouttes et en comprimés. Les allergènes administrés par SCIT et SLIT en gouttes sont des allergènes préparés spécifiquement pour un individu (APSI) : ils ne font pas l'objet d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) et sont remboursés à 65 %. Les ­allergènes concernés sont les acariens, les pollens de graminées, d'arbres, d'herbacées, les phanères d'animaux, les moisissures et certains insectes. Les APSI administrés en comprimés ont été introduits plus récemment. Ils ont fait l'objet d'une AMM et sont remboursés à 15 %. À ce jour, ils existent pour les pollens de graminées et les acariens.

La prescription doit être réalisée par un praticien formé à l'allergologie. Elle requiert la réalisation de prick-tests ou du dosage des IgE spécifiques (RadioAllergoSorbent Test [RAST]). Le lien entre la sensibilisation et la symptomatologie clinique allergique doit être établi. La SCIT commence par une phase d'initiation pendant laquelle la dose d'allergène injecté de manière hebdomadaire augmente progressivement pendant 3 à 4 mois et se poursuit par une phase d'entretien d'au moins 3 ans, pendant laquelle les injections sont répétées toutes les 4 à 6 semaines. Le patient doit rester au cabinet médical au moins 30 mn après l'injection, en raison du risque de réaction allergique systémique. La SLIT en gouttes commence par une phase d'initiation de doses croissantes plus courte. Le patient s'administre lui-même le traitement, à domicile. Le fluide doit être laissé sous la langue pendant 2 à 3 mn, puis être avalé. La SLIT en gouttes dans la RA pollinique est le plus souvent utilisée en régime pré- ou cosaisonnier. La SLIT en comprimés est également réalisée à domicile, sauf l'administration du premier comprimé, qui s'effectue au cabinet. En effet, étant donné le délai très court des réactions liées à la première dose, une surveillance de 15 mn est recommandée. En ce qui concerne la SLIT en comprimés dans la RA pollinique, il y a 2 régimes d'entretien : pré- et cosaisonnier sur 3 ans pour le pollen extrait allergénique de graminées, ou continu sur 3 ans pour le pollen extrait allergénique de graminées de phléole des prés, ce dernier ayant été validé dans des essais cliniques randomisés versus placebo en double aveugle. La SLIT en comprimés pour la RA aux acariens (Dermatophagoides pteronyssinus et Dermatophagoides farinae) a été validée en traitement continu de 1 an dans un essai de phase III incluant 992 patients.

Résultats de l'immunothérapie antiallergénique

Efficacité sur les symptômes

Plusieurs revues et méta-analyses ont été publiées sur la RA saisonnière et perannuelle, qui cherchaient à mesurer l'efficacité de l'ITA sur la réduction des symptômes, l'amélioration de la qualité de vie et la diminution de la consommation des traitements symptomatiques.

Concernant la RA saisonnière, 2 méta-analyses ont démontré l'efficacité de la SLIT et de la SCIT sur une population totale de plus de 2 000 patients (6). Une troisième méta-analyse a montré un impact clinique relatif moyen de la SLIT en gouttes comparable à celui des corticostéroïdes topiques et supérieur à celui des antihistaminiques et des antileucotriènes (8).

Concernant la RA perannuelle aux acariens, la méta-analyse du groupe GA2LEN (Global Allergy and Asthma European Network), qui a comparé 194 patients (adultes et enfants) recevant une SLIT en gouttes et 188 patients recevant un placebo, fait état d'une réduction significative des symptômes et de l'utilisation des médicaments de recours avec la SLIT (9).

La SLIT par comprimés a fait l'objet de plusieurs travaux spécifiques permettant de valider son efficacité pour réduire les symptômes et la consommation des traitements de recours dans la RA aux pollens de graminées et, plus récemment, dans la RA aux acariens.

Les études ayant comparé l'efficacité de la SCIT et de la SLIT sont rares, et leur méthodologie, de faible niveau de preuve, ne permet pas de tirer de conclusion fiable quant à la supériorité d'une méthode sur l'autre.

Effet rémanent après interruption de l'immunothérapie antiallergénique

Certains auteurs évoquent une persistance des effets pendant au moins 3 ans, voire 12 ans, après l'arrêt de l'ITA, à la fois pour la SCIT et la SLIT (4). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de consensus formel sur la durée optimale de l'ITA, les méta-analyses publiées en 2005 et 2011 indiquaient que l'efficacité de la SLIT était supérieure avec les protocoles de traitement de plus de 12 mois (4). Les laboratoires recommandent quant à eux des protocoles de traitement de 3 ans.

Efficacité chez les patients
mono- ou polysensibilisés

Les patients monosensibilisés sont ceux chez lesquels l'ITA est la plus efficace. Une polysensibilisation est en revanche très fréquemment observée dans la RA (70 à 80 % des cas) [10]. Des travaux récents ont montré que l'ITA contre un seul allergène (acariens ou pollens de graminées) était d'efficacité équivalente chez des sujets polysensibilisés, adultes ou enfants (10). Il est néanmoins important que les symptômes de la RA soient principalement liés à l'unique allergène ciblé par l'ITA. En revanche, lorsque l'ITA est réalisée contre chaque allergène pour lequel le patient présente des IgE positives, la concentration des APSI est généralement diminuée, ce qui réduit leur efficacité respective (11). Au-delà de 2 allergènes traités, l'efficacité réelle de l'ITA doit être remise en question.

Conséquences de l'immunothérapie antiallergénique sur le plan immunobiologique

Plusieurs études ont évalué les conséquences immuno­biologiques humorales de l'ITA, mais les résultats obtenus sont très variables. S.H. Kim et al. n'ont pas observé de modification des taux d'éosinophiles entre un bras traité par SCIT contre les acariens et un bras placebo (11). La méta-analyse menée par M.A. Calderon et al. sur la SCIT a retrouvé une augmentation significative des taux d'IgG et d'IgG4 à la suite d'une ITA (6). La méta-analyse sur la SLIT publiée en 2011 fait état de résultats comparables à ceux de la SCIT, avec une augmentation des taux d'IgG et d'IgG4 (12). La méta-analyse conduite par le groupe GA2LEN sur la SLIT décrit une diminution de la réponse aux prick-tests dans seulement 3 des 12 études sélectionnées (9).

L'étude de l'efficacité locale de l'ITA reste à mener et pourrait s'appuyer sur la mesure, au sein des sécrétions nasales, des cytokines Th2 et des protéines d'activation des cellules effectrices (tryptase, protéine cationique des éosinophiles).

Tolérance et observance

L'ITA expose à un risque de réactions systémiques sévères qui dépend du type d'ITA, de l'allergène utilisé, du protocole de la phase d'instauration et de la sévérité de l'allergie. Les facteurs, liés au traitement ou au patient, identifiés comme pouvant être associés au risque de réaction sévère sont le surdosage, l'interruption suivie de la reprise du protocole, une réaction systémique antérieure, une réaction locale importante, des lésions ou des infections orales, un asthme sévère ou non contrôlé ou encore une période de forte exposition aux allergènes.

Dans la SCIT, les réactions locales sont fréquentes (de 26 à 86 % des injections) et souvent bien tolérées (3). La revue Cochrane de 2007 sur la SCIT regroupant les données obtenues sur 13 études (557 patients) décrit des réactions sévères de type anaphylactique nécessitant un recours à l'adrénaline dans 3,5 % des cas (6). Ces réactions sévères surviennent dans 70 % des cas dans les 30 mn qui suivent l'injection, ce qui justifie la période de surveillance après injection recommandé par l'EAACI dans la SCIT. Une revue portant sur les effets indésirables sévères de la SCIT a évalué le risque de décès à 1 pour 2 millions de doses injectées.

La SLIT est bien tolérée, et ses risques sont limités. Une revue de la littérature concernant les effets indésirables de la SLIT portant sur 4 378 patients (soit l'équivalent de 1 181 000 doses de traitement) a rapporté essentiellement des réactions muqueuses orales dans 40 à 75 % des cas, notamment lors de la phase d'instauration du traitement. Des réactions systémiques de type gastro-intestinal sont aussi observées. Cette revue décrivait 11 réactions sévères (0,2 % des patients) de type anaphylactique chez des patients ayant suivi des protocoles atypiques comportant des allergènes non standardisés ou des surdosages et chez des patients ayant déjà présenté des signes d'intolérance à la suite d'un premier traitement par SCIT.

L'efficacité de l'ITA nécessite que l'observance des patients soit optimale. Une revue portant sur 10 000 patients traités par SLIT a retrouvé un taux d'abandon de protocole de 14 %, à la fois dans le bras ITA et le bras placebo. Ce taux est plus important dans les études de plus de 12 mois, en cas d'utilisation de SLIT en comprimés ou en cas de survenue d'un effet indésirable (13). Une analyse rétrospective menée aux Pays-Bas et portant sur 6 486 patients ayant bénéficié d'une ITA montre bien que l'observance dans les conditions d'une utilisation en vie réelle était beaucoup moins bonne : seuls 18 % des patients avaient suivi un protocole complet de 3 ans (23 % dans la SCIT, 7 % dans la SLIT) [14]. Ces résultats soulignent la nécessité d'un suivi régulier et d'une information du patient sur les effets indésirables habituellement observés pour améliorer l'observance en pratique clinique.

Effets de l'immunothérapie antiallergénique sur la maladie allergique

La maladie allergique respiratoire est considérée comme une entité unique touchant à la fois les voies aériennes supérieures et inférieures. L'introduction d'une ITA pourrait permettre de différer, voire d'empêcher la survenue d'un asthme faisant suite à une RA. Cet effet préventif reste à démontrer à long terme. L'essai randomisé PAT (Preventive Allergy Treatment), portant sur 205 enfants âgés de 6 à 14 ans présentant une RA aux pollens de graminées ou de bouleau, a montré une diminution significative de l'incidence des symptômes d'asthme chez les patients initialement indemnes d'atteinte bronchique en cas de SCIT sur 3 ans, comparativement à un groupe contrôle (15). Cet effet persistait lors du suivi de 10 ans après le protocole.

En revanche, la méta-analyse menée par M. Kristiansen et al., publiée en 2016, confirme les résultats de l'étude PAT à court terme, mais le maintien du bénéfice de l'ITA à long terme sur l'apparition de l'asthme est incertain (16). L'action préventive de la SLIT sur l'apparition de l'asthme n'est pas encore prouvée. Les résultats préliminaires à paraître de l'étude GAP (Grazax® Asthma Prevention), qui compare la SLIT et un placebo, chez 812 patients âgés de 5 à 12 ans, sembleraient ne pas confirmer cette action préventive.

En cas d'asthme associé à la RA, l'ITA peut être une option thérapeutique utile à la fois sur les plans rhinologique et bronchique. L'étude menée par J.C. Virchow et al., réalisée chez 834 adultes atteints d'asthme et de RA aux acariens, décrit une diminution du risque d'exacerbation asthmatique après SLIT en comprimés pendant au moins 7 mois (17). H. Mosbech et al. ont décrit une diminution de la quantité de corticostéroïdes inhalés nécessaire au maintien du contrôle de l'asthme associé à la RA aux acariens après SLIT en comprimés (18). L'ARIA suggère que l'ITA peut être utilisée en cas de RA associée à un asthme, bien que le niveau de preuve scientifique soit limité (1).

L'ITA pourrait par ailleurs prévenir le développement de nouvelles sensibilisations. D'après une étude réalisée chez 147 enfants monosensibilisés aux acariens dans le cadre d'une RA, 35 % de ceux qui avaient bénéficié d'une SCIT pendant 5 ans ont développé une nouvelle sensibilisation, contre 54 % dans le groupe contrôle (19). Une étude de P.A. Eng et al. a retrouvé des résultats comparables dans la RA aux pollens de graminées après SCIT de 3 ans (20). Les effets persistaient, même après 12 ans de suivi.

Des travaux comparables ont été menés dans la SLIT. Un essai ouvert réalisé chez 216 enfants atteints de RA, monosensibilisés et ayant reçu soit une SLIT pendant 3 ans (acariens, pollens ou bouleau), soit un traitement médical, a décrit un taux de nouvelle sensibilisation de 3,1 % dans le bras SLIT versus 34,8 % dans le bras contrôle (21). La méta-analyse de M. Kristiansen et al. confirme ces résultats à court terme, sans preuve tangible d'un bénéfice persistant sur le risque de nouvelles sensibilisations à long terme (16).

Conclusion

L'efficacité de l'ITA est démontrée à la fois dans l'amélioration fonctionnelle de la RA et dans la diminution du recours aux traitements symptomatiques. L'ITA permettrait aussi de prévenir l'apparition d'un asthme ou de nouvelles sensibilisations, mais ce bénéfice à long terme nécessite d'être confirmé. La possibilité qu'elle offrirait de prévenir à la phase primaire une sensibilisation aux pneumallergènes chez des enfants à risque d'allergie est en cours d'évaluation.

Son utilisation a été facilitée par le développement de la voie sublinguale. Son schéma de mise en place et sa bonne tolérance en font une méthode particulièrement intéressante. Les formes en comprimés sont déjà disponibles pour la RA aux pollens de graminées et aux acariens, et de nouveaux comprimés sont en cours d'évaluation dans la RA aux pollens d'arbre (bouleau) et d'herbacées (par exemple, l'ambroisie).

Ces progrès permettent au praticien ORL de s'investir dans la prise en charge globale de la RA, depuis le diagnostic clinique et biologique jusqu'au traitement, à la fois symptomatique (médical et chirurgical) et étiologique, par l'ITA.■

Références

1. Brozek JL, Bousquet J, Baena-Cagnani CE et al. Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation Working Group. Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma (ARIA) guidelines: 2010 revision. J Allergy Clin Immunol 2010;126(3):466-76.

2. Roger A, Arcalá Campillo E, Torres MC et al. Reduced work/academic performance and quality of life in patients with allergic rhinitis and impact of allergen immunotherapy. Allergy Asthma Clin Immunol 2016;12:40.

3. Petalas K, Durham SR. Allergen immunotherapy for allergic rhinitis. Rhinology 2013;51(2):99-110.

4. Wilson DR, Lima MT, Durham SR. Sublingual immunotherapy for allergic rhinitis: systematic review and meta-analysis. Allergy 2005;60(1):4-12.

5. Radulovic S, Jacobson MR, Durham SR, Nouri-Aria KT. Grass pollen immunotherapy induces Foxp3-expressing CD4+ CD25+ cells in the nasal mucosa. J Allergy Clin Immunol 2008;121(6):1467-72.

6. Calderon MA, Alves B, Jacobson M, Hurwitz B, Sheikh A, Durham S. Allergen injection immunotherapy for seasonal allergic rhinitis. Cochrane Database Syst Rev 2007;(1):CD001936.

7. Pitsios C, Demoly P, Bilò MB et al. Clinical contraindications to allergen immunotherapy: an EAACI position paper. Allergy 2015;70(8):897-909.

8. Devillier P, Dreyfus JF, Demoly P, Calderón MA. A meta-analysis of sublingual allergen immunotherapy and pharmacotherapy in pollen-induced seasonal allergic rhinoconjunctivitis. BMC Med 2014;12:71.

9. Compalati E, Passalacqua G, Bonini M, Canonica GW. The efficacy of sublingual immunotherapy for house dust mites respiratory allergy: results of a GA2LEN meta-analysis. Allergy 2009;64(11):1570-9.

10. Nelson H, Blaiss M, Nolte H, Würtz SØ, Andersen JS, Durham SR. Efficacy and safety of the SQ-standardized grass allergy immunotherapy tablet in mono- and polysensitized subjects. Allergy 2013;68(2):252-5.

11. Kim SH, Shin SY, Lee KH, Kim SW, Cho JS. Long-term Effects of specific allergen immunotherapy against house dust mites in polysensitized patients with allergic rhinitis. Allergy Asthma Immunol Res 2014;6(6):535-40.

12. Radulovic S, Wilson D, Calderon M, Durham S. Systematic reviews of sublingual immunotherapy (SLIT). Allergy 2011;66(6):740-52.

13. Makatsori M, Scadding GW, Lombardo C et al. Dropouts in sublingual allergen immunotherapy trials – a systematic review. Allergy 2014;69(5):571-80.

14. Kiel MA, Röder E, Gerth van Wijk R et al. Real-life compliance and persistence among users of subcutaneous and sublingual allergen immunotherapy. J Allergy Clin Immunol 2013;132(2):353-60.

15. Möller C, Dreborg S, Ferdousi HA et al. Pollen immuno­therapy reduces the development of asthma in children with seasonal rhinoconjunctivitis (the PAT-study). J Allergy Clin Immunol 2002;109(2):251-6.

16. Kristiansen M, Dhami S, Netuveli G et al. Allergen immunotherapy for the prevention of allergy: a systematic review and meta-analysis. Pediatr Allergy Immunol 2017;28(1):18-29.

17. Virchow JC, Backer V, Kuna P et al. Efficacy of a house dust mite sublingual allergen immunotherapy tablet in adults with allergic asthma: a randomized clinical trial. JAMA 2016;315(16):171525.

18. Mosbech H, Deckelmann R, de Blay F et al. Standardized quality (SQ) house dust mite sublingual immunotherapy tablet (ALK) reduces inhaled corticosteroid use while maintaining asthma control: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. J Allergy Clin Immunol 2014;134(3):568-75.e7.

19. Inal A, Altintas DU, Yilmaz M, Karakoc GB, Kendirli SG, Sertdemir Y. Prevention of new sensitizations by specific immunotherapy in children with rhinitis and/or asthma monosensitized to house dust mite. J Investig Allergol Clin Immunol 2007;17(2):85-91.

20. Eng PA, Borer-Reinhold M, Heijnen IA et al. Twelve-year follow-up after discontinuation of preseasonal grass pollen immunotherapy in childhood. Allergy 2006;61(2):198-201.

21. Marogna M, Tomassetti D, Bernasconi A et al. Preventive effects of sublingual immunotherapy in childhood: an open randomized controlled study. Ann Allergy Asthma Immunol 2008;101(2):206-11.

Liens d'interêts

G. Mortuaire déclare avoir des fonctions d’expertise pour ALK.

J.F. Papon déclare avoir des fonctions d’expertise pour ALK.

J. Nevoux déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Pr Geoffrey MORTUAIRE

Médecin, ORL et chirurgie cervico-faciale, Hôpital Huriez, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Jérôme NEVOUX

Médecin, ORL et chirurgie cervico-faciale, CHU du Kremlin-Bicêtre, AP-HP, Le Kremlin-Bicêtre, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Jean-Francois PAPON

Médecin, ORL et chirurgie cervico-faciale, Hôpital Bicêtre, AP-HP, Le Kremlin-Bicêtre, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
ORL
thématique(s)
Allergie
Mots-clés