Cas clinique

Le noma, pathologie mutilante et mortelle, encore existante en Afrique subsaharienne

Mis en ligne le 31/12/2021

Auteurs : G.C. Ngouoni, H.B. Otouana Dzon, G.A. Aloumba, F.A. Itiére Odzili, G. Ondzotto

  • La littérature souligne que le noma (cancrum oris) est une maladie gangréneuse dévastatrice qui entraîne une grave destruction des tissus du visage et est associée à une morbidité et une mortalité élevées. Elle affecte le plus souvent les jeunes enfants, pauvres, mal nourris et non vaccinés. La majorité des cas surviennent dans les régions du Sahel africain [1, 2, 3]. L'incidence mondiale du noma est inconnue, avec des estimations allant de 30 000 à 140 000 individus [4]. Alors que ses facteurs de risque sont connus (malnutrition et maladies intercurrentes), son étiologie reste inconnue. La prise en charge inclut le traitement de la phase aiguë et des séquelles nécessitant une chirurgie reconstructrice. Considérée longtemps comme une maladie négligée, le noma mérite encore plus d'attention de la part des professionnels de la santé, nutritionnistes, chercheurs et décideurs politiques dans notre pays. Cet article rapporte un cas de noma chez une adulte noire africaine immunodéprimée au VIH.
Liens d'interêts

G.C. Ngouoni, H.B. Otouana Dzon, G.A. Aloumba, F.A. Itiére Odzili, G. Ondzotto déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteurs
Dr Gérard Chidrel NGOUONI

Médecin, ORL et chirurgie cervico-faciale, CHU de Brazzaville, CERGY, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Gontran ONDZOTTO

Médecin, ORL et chirurgie cervico-faciale, CHU, Brazzaville, Congo

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
ORL
Mots-clés