Dossier

Quoi de neuf dans l'amygdalectomie ?

Mis en ligne le 13/12/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 117,59 Ko)

Les suites opératoires d'amygdalectomie sont habituellement marquées par l'existence d'un risque hémorragique et d'une douleur parfois difficile à juguler. Depuis quelques années, l'amygdalectomie partielle est proposée comme alternative à l'amygdalectomie totale. Afin d'évaluer ces deux techniques, nous les avons comparées selon différents critères objectifs : le risque de saignement postopératoire et de reprise chirurgicale, la repousse amygdalienne et la réapparition du syndrome d'apnées du sommeil, les infections, etc. Au vu de ces éléments, il semble que l'amygdalectomie partielle remplisse les critères de sécurité et de confort postopératoire pouvant la faire préférer à la technique conventionnelle. Cette dernière présente cependant une supériorité sur la repousse amygdalienne et le contrôle du syndrome d'apnées du sommeil.

L'amygdalectomie est l'intervention la plus fréquente chez les enfants, avec plus de 50 000 opérations par an en France. Elle n'est cependant pas anodine du fait du risque hémorragique évalué entre 1 et 4 % selon les équipes avec, en France, une mortalité de 1 cas par an. Aux États-Unis, dans une étude rétrospective sur 35 000 cas, le risque de reprise opératoire pour hémorragie est estimé à 0,75 % et une mortalité liée au geste de 0,0055 %. Depuis quelques années, une nouvelle technique d'amygdalectomie est proposée : l'amygdalectomie partielle (AP). Cette technique consiste à pratiquer une exérèse subtotale de l'amygdale en laissant un reliquat contre le pilier postérieur. Il est suggéré que le fait de ne pas mettre à nu le plan musculaire permet de limiter la douleur et le risque de saignement. Les vaisseaux du pôle inférieur ne sont alors pas coagulés, limitant ainsi le risque de chute d'escarres à distance. Quels sont les avantages et les inconvénients de cette technique par rapport à l'amygdalectomie totale (AT) ?

Liens d'interêts

N. Teissier déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Natacha TEISSIER
Dr Natacha TEISSIER

Médecin
ORL et chirurgie cervico-faciale
Hôpital Robert-Debré, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
ORL,
Pédiatrie
Mots-clés