Editorial

Pharmacologue et infectiologue : pour le meilleur et… pour le cas complexe

Mis en ligne le 30/06/2020

Auteurs : Dr Florian Lemaitre

Lire l'article complet (pdf / 72,47 Ko)

La relation entre infectiologue et microbiologiste est une collaboration établie de longue date. Dans la plupart des cas, l'association de compétences cliniques, d'une solide connaissance en bactériologie, mycologie et/­ou virologie ainsi que l'utilisation d'une posologie standard d'anti‑infectieux permettent de venir à bout des épisodes infectieux courants. Quelquefois, pourtant, en dépit de la mise en œuvre de ces différentes expertises, le traitement échoue. Est-ce le fait d'un problème d'absorption des médicaments, d'une altération de leur élimination, d'une moindre diffusion au niveau du site infectieux, d'une interaction médicamenteuse, ou est-ce lié à la survenue d'effets indésirables ? Toujours est-il qu'il est alors licite de s'interroger sur la dose d'anti-infectieux prescrite selon l'autorisation de mise sur le marché. C'est dans ce cas que l'on peut qualifier l'infection de “complexe” et que l'infectiologue a besoin du pharmacologue.

La prise en charge d'une infection est un “ménage à trois” entre le patient, l'agent infectieux et le traitement anti-infectieux. Dans le cas d'une infection complexe, parce que celle-ci est sévère, que le germe incriminé est particulièrement résistant ou que le patient présente de multiples comorbidités, il serait inconséquent de sous-estimer le rôle que peut avoir le médicament et ses caractéristiques dans la résolution de l'épisode. C'est souvent parce qu'aucune évaluation pharmacologique n'est réalisée dans ce type de cas que l'échec survient. En tant que spécialiste du médicament, c'est au pharmacologue qu'il appartient d'apporter à l'infectiologue un éclairage sur la pharmacocinétique et la pharmacodynamie des anti-infectieux. Le choix du bon médicament, à la bonne posologie pour le bon patient, voilà la responsabilité du pharmacologue !

L'adaptation de la posologie des anti-infectieux dans les populations particulières : patients de soins critiques, patients en surpoids ou obèses, patients de pédiatrie ou insuffisants rénaux, la détection précoce du risque d'interactions médicamenteuses, le suivi thérapeutique pharmacologique permettant d'atteindre les objectifs pharmacocinétiques-pharmacodynamiques, optimisant de fait les chances de succès du traitement tout en diminuant le risque de survenue d'effets indésirables : tels sont les champs d'expertise que le pharmacologue peut proposer à l'infectiologue. Ses compétences limiteront la sous-exposition, également responsable de résistances et, à terme, d'impasses thérapeutiques, tout autant que la surexposition, bien souvent synonyme de toxicité.

Une prise en charge multidisciplinaire associant infectiologie, microbiologie et pharmacologie est seule à même de résoudre la difficile équation proposée en cas d'infection complexe. Les réunions de concertation pluridisciplinaire dans les situations complexes chez le patient vivant avec le VIH, traité pour une hépatite virale ou souffrant d'infection ostéoarticulaire compliquée sont, à ce titre, d'excellents exemples du caractère déterminant des échanges entre spécialités. À l'ère de la médecine personnalisée, l'approche “one size fits all”, la dose standard qui ne tient pas compte des particularités du patient n'est pas une option pour les traitements antibiotiques, antifongiques ou antiviraux. Il est de notre devoir d'individualiser toujours plus : le bon médicament, à la bonne posologie, pour le bon patient.

Dans ce numéro, vous trouverez des exemples de ce que peut apporter le pharmacologue à la prise en charge de situations infectieuses complexes : utilisation du suivi thérapeutique pharmacologique des antifongiques, gestion des interactions médicamenteuses au cours d'un traitement anti‑infectieux chez le patient âgé vivant avec le VIH, et chez le patient traité par une thérapie ciblée anticancéreuse, optimisation des traitements par bêtalactamines chez le patient de soins critiques et adaptation de posologie des antibiotiques chez le patient en surpoids.

Avec ce numéro, nous espérons aider à mettre en lumière la richesse de l'association entre pharmacologues et infectiologues.

Bonne lecture !

Liens d'interêts

F. Lemaitre déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec l’article.

auteur
Dr Florian LEMAÎTRE
Dr Florian LEMAÎTRE

Pharmacien
Centre hospitalier universitaire, Rennes
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Pharmacologie,
Infectiologie