Dossier

Risques vasculaires et métaboliques dans la schizophrénie

Mis en ligne le 10/04/2012

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 90,15 Ko)
La schizophrénie est fortement corrélée à un risque cardiovasculaire et métabolique accru, à l’origine d’une surmortalité − avec les morts violentes − par rapport à la population générale. Les causes de cet accroissement du risque sont multiples et ne peuvent se résumer, comme parfois évoqué, au seul effet des médicaments antipsychotiques. On dénombre ainsi des facteurs liés à la maladie elle-même (insulinorésistance, importance de la symptomatologie négative, etc.), au mode de vie (sédentarité, tabagisme, régime alimentaire et consommation de substances psychoactives), mais aussi à des caractéristiques d’organisation sociale (liées notamment à un accès aux soins plus difficile). Le risque vasculaire et métabolique élevé associé à la schizophrénie s’avère être un réel problème de santé publique, pour lequel des programmes de prise en charge spécifiques doivent être mis en place.
auteurs
Dr Thomas CHARPEAUD

Médecin, Psychiatrie, CLERMONT-FERRAND, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Ludovic SAMALIN

Médecin, Psychiatrie, Centre médico-psychologique, CHU, Clermont-Ferrand, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Pierre-Michel LLORCA

Médecin, Psychiatrie, CHU, Clermont-Ferrand, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Pharmacologie,
Psychiatrie
thématique(s)
Schizophrénie
Mots-clés