Mise au point

La sécurité cardiovasculaire des antidiabétiques

Mis en ligne le

Mis à jour le 22/09/2017

Auteurs : B. Charbonnel

  • Les études de sécurité cardiovasculaire exigées pour les nouveaux antidiabétiques par la FDA comparent chaque agent antidiabétique au placebo, mais sans différence glycémique, ou avec une différence mineure entre les 2 bras des études. Elles évaluent donc la sécurité, mais n'évaluent pas l'efficacité des molécules.
  • Alors qu'il existe une incertitude sur la sécurité cardiovasculaire des anciennes molécules, notamment les sulfamides, toutes les nouvelles molécules ont démontré cette sécurité.
  • L'insuline glargine, les inhibiteurs de la DPP4 et les analogues du récepteur du GLP1 d'action courte ont montré une neutralité cardiovasculaire comparativement au placebo, ce qui veut dire que, si bénéfice cardiovasculaire il y a à moyen terme, il est lié à la seule baisse glycémique.
  • Les analogues du récepteur du GLP1 d'action longue (liraglutide) et les inhibiteurs du SGLT2 (empagliflozine) ont démontré un bénéfice cardiovasculaire en plus de leur action hypoglycémiante.
Liens d'interêts

B. Charbonnel déclare avoir des liens d’intérêts avec: AstraZeneca, BoehringerIngelheim, Janssen, Lilly, Merck-Sharpe & Dohme, Novartis, Novo Nordisk, Sanofi, Takeda (honoraires, ou défraiements en tant que consultant et conférencier).  

auteur
Pr Bernard CHARBONNEL
Pr Bernard CHARBONNEL

Médecin
Endocrinologie et métabolismes
Université de Nantes, Nantes
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Cardiologie,
Endocrinologie,
Pharmacologie
thématique(s)
Diabète,
Pharmacovigilance
Mots-clés