Dossier

Vaccination et auto-immunité

Mis en ligne le 30/09/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 187,61 Ko)
  • Le risque d'association temporelle fortuite entre vaccination et maladie auto-immune est en augmentation.
  • En général, cette association ne reflète pas une relation causale, mais plutôt l'âge des groupes vaccinés.
  • Les mécanismes régulateurs de l'immunité protègent contre un “dérapage” des réponses immunes postinfectieuses ou postvaccinales vers l'auto-immunité, et les exceptions sont rares.

Sur le plan mondial, les efforts combinés des organisations internationales et de grandes fondations au cours des 10 dernières années ont amené les taux de couverture vaccinale de routine à des niveaux très élevés. Cette action permet de sauver annuellement des millions de vies d'enfants.

Dans ce contexte particulièrement favorable, il est paradoxal que dans beaucoup de pays industrialisés, l'attention du public se porte plus sur les risques éventuels de la vaccination que sur le bénéfice que l'on peut en retirer. Il en résulte souvent une couverture insuffisante de la communauté qui facilite l'émergence de poussées épidémiques, telles que celle de la rougeole, ou le rejet de nouveaux programmes de vaccination.

Mots-clés