Onco-pneumologie

Cancers bronchiques : quoi de neuf entre fin 2015 et fin 2016 ?

Mis en ligne le 24/04/2017

Auteurs : D. Moro-Sibilot

Lire l'article complet (pdf / 899,20 Ko)
  • Le pembrolizumab a été comparé à la chimiothérapie de première ligne chez des patients atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules métastatiques dont la tumeur exprimait le PD-L1 dans au moins 50 % des cellules. La survie sans progression (objectif principal) a été améliorée de façon significative par le pembrolizumab.
  • L'atézolizumab a été comparé au docétaxel en deuxième ligne thérapeutique et a montré une amélioration en survie sans progression mais aussi en survie globale.
  • L'étude de phase III AURA3 en deuxième ligne chez des patients EGFR muté porteurs de la mutation T790M montre une amélioration de la survie sans progression dans le groupe osimertinib par rapport au groupe chimiothérapie.
  • Dans l'étude ASCEND-4, chez des patients ALK+, le céritinib diminue de 45 % le risque de progression par rapport au doublet de chimiothérapie de référence.

L'année 2016 restera dans les mémoires, avec des sessions plénières de congrès presque entièrement dédiées à l'oncologie thoracique, des standing ovations pour certaines présentations et des congressistes regroupés en grand nombre devant des salles de conférence surchargées et espérant malgré tout pouvoir y assister et être témoins de ces événements. En quelques années, la biologie moléculaire, les traitements ciblés et maintenant l'immunothérapie sont venus transformer la prise en charge des cancers bronchiques et améliorer leur pronostic. Le progrès déjà amorcé ces dernières années a été très perceptible en 2016 ; toutefois, ce n'est pas encore le début de la fin pour les cancers bronchiques : le chemin reste long, mais l'essor de l'amélioration est en cours.

Par ailleurs, cette année a aussi été marquée par des travaux prometteurs dans les cancers à petites cellules. Enfin, nous détaillerons quelques études randomisées concernant certaines options thérapeutiques du quotidien.

Liens d'interêts

D. Moro-Sibilot déclare avoir des liens d’intérêts avec Lilly, MSD, BMS, AstraZeneca, Ariad, Roche, Novartis, Boehringer Ingelheim Amgen, Pfizer.

auteur
Pr Denis MORO-SIBILOT
Pr Denis MORO-SIBILOT

Médecin
Pneumologie
CHU de Grenoble-Alpes, Grenoble
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie thoracique,
Pneumologie
Mots-clés