Mise au point

Ventilation mécanique non invasive dans les maladies neuromusculaires - Noninvasive ventilation in neuromuscular disorders - 2000

Mis en ligne le 14/12/2005

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 98,28 Ko)
Un pneumologue doit participer à la prise en charge multidisciplinaire d’un patient atteint de maladie neuromusculaire. La ventilation non invasive (VNI) augmente la survie et la qualité de vie dans les maladies neuromusculaires. Les signes cliniques de l’atteinte respiratoire sont insidieux, mais ils doivent être activement recherchés, car ils peuvent indiquer le besoin d’une VNI. Les critères d’une VNI dans une maladie neuromusculaire sont des symptômes associés à une PaCO2 > 45 mmHg et/ou à une CV < 50 % et/ou à une Pimax < 60 % et/ou à des désaturations nocturnes. La faisabilité de la ventilation au domicile fait aussi partie des critères d’indication. La VNI n’est qu’une composante de la prise en charge respiratoire d’un patient atteint de maladie neuromusculaire. Il ne faudra pas oublier la prise en charge du désencombrement.
centre(s) d’intérêt
Neurologie,
Pneumologie
thématique(s)
Neuromusculaire
Mots-clés