Dossier

Alcool et adolescence

Mis en ligne le 17/05/2013

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,74 Mo)
On constate une augmentation significative des ivresses ou des alcoolisations ponctuelles importantes ainsi qu’une diminution de l’écart entre les filles et les garçons. Les conduites d’hyperalcoolisation se font souvent dans le cadre de polyconsommations de substances psychoactives. Les conduites à risque sont fréquentes à l’adolescence et ne relèvent pas nécessairement du registre de la pathologie. Cependant, les conduites d’hyperalcoolisations répétées, à l’origine de dommages, qu’ils soient somatiques, familiaux, scolaires ou judiciaires, signent l’entrée dans une problématique addictive et sont souvent le reflet d’une souffrance psychique. L’intoxication éthylique aiguë chez les adolescents pris en charge aux urgences ne doit pas être banalisée et nécessite une évaluation approfondie, globale, médico-psychosociale. La prévention des conduites à risque chez les adolescents s’appuie surtout sur l’entourage adulte, et nécessite une approche qui privilégie le dialogue et l’accompagnement sur les mesures coercitives.
centre(s) d’intérêt
Psychiatrie
Mots-clés