Notes de lecture

La famille, l'argent, l'amour – Les enjeux psychologiques des questions matérielles – Nicole Prieur, Bernard Prieur

Mis en ligne le 30/11/2017

Mis à jour le 19/12/2017

Auteurs : J.M. Havet

Télécharger le pdf (pdf / 68,91 Ko)

Si, comme l'indique son titre, l'argent constitue le thème central de cet ouvrage, il n'en est pas pour autant la matière unique. Les auteurs, forts de leur longue expérience des thérapies individuelles, de couples et de familles, et des années de réflexion et de remise en question théorique qu'il leur a été indispensable de mener de front avec leur pratique, se proposent de nous accompagner dans le dédale des relations affectives en perpétuelle évolution, qui gouvernent la vie des individus et des familles, et avec lesquelles la question de l'argent ne cesse d'interférer. Ils s'appuient également sur des données économiques, juridiques et fiscales.

Les rapports des êtres humains à l'argent sont à la fois complexes, du fait des multiples implications auxquelles il est nécessaire de se référer quand on veut les comprendre (historiques, économiques, sociétales, psychologiques, etc.), et compliqués en raison de l'importance des enjeux émotionnels qui les sous-tendent. C'est sans doute pourquoi il est si difficile d'en parler, même en dehors de toute situation problématique. Malgré l'importance qu'a cette incontournable dimension dans la prise en charge de nos patients, rares sont les ouvrages qui l'abordent. Ainsi, à défaut d'avoir conduit au préalable une analyse théorique, nous en arrivons bien souvent, quand des problèmes pécuniaires viennent entraver la résolution de manifestations psycho­pathologiques, à proposer des réponses en lien direct avec nos propres préjugés concernant l'argent.

Sans pour autant prétendre en épuiser le sujet, cet ouvrage peut nous aider à nous écarter de notre idéologie implicite et à retrouver, au moins en partie, la neutralité indispensable à notre pratique. D'emblée, d'ailleurs, les auteurs nous avertissent qu'il n'est pas question pour eux de faire référence à une quelconque “normalité” ou de rechercher qui a ou n'a pas de problème avec l'argent. Leur objectif est plutôt de prendre en considération une réalité négligée et de mettre en perspective des lieux communs du type : “quand on aime on ne compte pas”, croyance qui à elle seule peut se révéler être la source de difficultés relationnelles, tandis qu'oser parler d'argent libère.

Le rôle, la place et la fonction de l'argent dans la dynamique interpersonnelle n'ont pas la même importance tout au long de l'existence. Adoptant le classique découpage du cycle de la vie familiale, les auteurs s'attachent à préciser les éléments spécifiques et caractéristiques des différents moments que l'on isole habituellement au cours de cette évolution : ce qui concerne plus particulièrement le couple va se complexifier avec la naissance des enfants, qui modifie profondément les rapports entre les parents et le reste de la famille ; l'adolescence va réveiller des tensions qui jusque-là n'étaient pas au premier plan ; le départ de la maison des enfants, signifiant leur passage à l'âge adulte va, une nouvelle fois, obliger à une transformation de la nature des relations ; viendront ensuite la retraite et la vieillesse, avec la question de la transmission et de l'héritage. À chacune de ces étapes, la circulation de l'argent entre les membres de la famille sera à réinventer et pourra être source de difficultés.

Deux autres chapitres sont consacrés à des situations d'une brûlante actualité : d'une part, le divorce et la recomposition familiale, circonstances particulièrement délicates au regard de la répartition de l'argent ; et, d'autre part, la pauvreté en France, l'injustice, les inégalités et les accidents de la vie (chômage, maladie, etc.), contextes dans lesquels le thème de l'argent devient essentiel.

Enfin, les auteurs nous proposent des pistes pour changer ce qui est source de souffrance. Il ne s'agit pas, bien évidemment, de recettes applicables sans discernement à toutes les situations types que nous pourrions être amenés à rencontrer, mais de cartes nous permettant de nous orienter dans la complexité des relations humaines et d'éviter ainsi les impasses inhérentes à l'improvisation. Ils concluent par quelques idées sur la façon dont l'argent peut être utilisé, non pas, comme le veut la sagesse populaire, pour faire le bonheur, mais pour y contribuer.


Liens d'interêts

J.M. Havet déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Dr Jean-Michel  HAVET
Dr Jean-Michel HAVET

Médecin
Psychiatrie
Hôpital Robert-Debré, Reims
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Psychiatrie
Mots-clés