Mise au point

Neuroleptiques et agitation dans la maladie d'Alzheimer

Mis en ligne le 30/09/2020

Auteurs : E. Dubus, J. Delrieu

  • L'agitation peut être une manifestation secondaire à l'anxiété, à l'agressivité, à un syndrome délirant ou à des hallucinations, ce qui rend sa prise en charge plus complexe et justifie une évaluation ­comportementale initiale globale et standardisée.
  • Les neuroleptiques ont une efficacité modeste sur l'agitation.
  • Ils sont contre-indiqués en cas d'allongement de l'intervalle QT ; un ECG doit donc être réalisé au ­préalable de manière systématique.
  • Un neuroleptique atypique doit être privilégié, à la posologie minimale efficace, sur une durée ­d'exposition la plus courte possible.
  • Une réévaluation régulière du traitement est nécessaire.
Liens d'interêts

E. Dubus et J. Delrieu déclarent ne  pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
Dr Julien DELRIEU
Dr Julien DELRIEU

Médecin
Neurologie
Gérontopôle CHU de Toulouse, Toulouse
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Psychiatrie,
Neurologie
thématique(s)
Démences - Alzheimer
Mots-clés