Mise au point

Les nouveaux marqueurs biologiques du lupus

Mis en ligne le 22/06/2001

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 133,34 Ko)
Points forts
  • Le lupus systémique est caractérisé par un excès d’apoptose cellulaire. Les nucléosomes résultent de la dégradation de la chromatine au cours du processus d’apoptose. Ils sont faits d’ADN natif et d’histones.
  • Le fait que les nucléosomes constituent la cible initiale du processus d’auto-immunisation explique l’apparition précoce de ces autoanticorps, précédant celle des antihistones et des anti-ADN natif.
  • Les antinucléosomes sont présents dans 100 % des lupus évolutifs et persistent en période de rémission dans plus de 60 % des cas. La spécificité des antinucléosomes est limitée par leur fréquence au cours dessclérodermies systémiques (40 %) et des connectivites mixtes (55 %).
  • La cible des autoanticorps antiphospholipides est constituée de diverses protéines impliquées dans les processus de coagulation (prothrombine) ou de fibrinolyse (ß2GPI, annexine V...).
  • Les travaux actuels tendent à montrer que les autoanticorps IgG (voire IgA et IgM) sont davantage corrélés aux manifestations du syndrome des antiphospholipides (SAPL) que les plus classiques anticardiolipine.
Mots-clés : Lupus systémique - Apoptose - Nucléosomes - Syndrome des antiphospholipides - ß2-glycoprotéine I - Prothrombine.
auteur
M Olivier MEYER

Médecin
Rhumatologie
Hôpital Bichat, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Dermatologie,
Rhumatologie
thématique(s)
Lupus
Mots-clés