Congrès/Réunion

Prévoir et prévenir, les nouveaux enjeux de la prise en charge des maladies auto-immunes ?

Mis en ligne le 07/02/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,84 Mo)
  • Une cartographie de l'expression génique effectuée dès le premier trimestre de la grossesse chez les femmes lupiques permettrait d'identifier les patientes à risque de prééclampsie.
  • Le protocole Euro-Lupus (cyclophosphamide à faible dose) n'a pas d'incidence sur la réserve ovarienne des patientes lupiques.
  • Le syndrome de Gougerot-Sjögren peut être stratifié en 4 sous-types cliniquement et biologiquement distincts.
  • Le surrisque de décès pour les patients qui présentent une sclérodermie systémique avec atteinte gastro-intestinale sévère est de 3,7 à 4 ans ; ces patients sont le plus souvent des hommes ayant une forme diffuse et une myosite associée.

Le programme de l'ACR sur les maladies systémiques est chaque année plus vaste, et 2016 ne fait pas exception. De manière générale, les esprits convergent vers la médecine personnalisée. “Un traitement pour chacun et non pas un traitement pour tous” pourrait être le nouvel hymne du rhumatologue. La génétique et, notamment, les analyses transcriptomiques sont l'outil privilégié de cette nouvelle vision de la décision thérapeutique.

Liens d'interêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Pr Marie-Elise TRUCHETET
Pr Marie-Elise TRUCHETET

Médecin
Rhumatologie
Hôpital Pellegrin, CHRU, Bordeaux
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Rhumatologie
thématique(s)
Maladies auto-immunes et vascularites
Mots-clés