Dossier

“Treat to target” dans la prise en charge de l'ostéoporose postménopausique

Mis en ligne le 13/10/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 111,75 Ko)

Les données scientifiques actuelles apportent d'indiscutables arguments pour progresser vers une stratégie thérapeutique de l'ostéoporose post ménopausique fondée sur une valeur seuil de densité minérale osseuse à atteindre, ce qui peut permettre, pour une partie des patientes, un progrès important dans la prise en charge de cette maladie dont l'impact individuel et sociétal est élevé.

Pour qu'une approche de type “treat to target” (T2T) soit utile dans la prise en charge de l'ostéoporose postménopausique, la variation du paramètre mesuré ou le niveau atteint en réponse au traitement doit bien représenter une réduction significative du risque de fracture (1) . La seule variable actuellement susceptible de répondre à cette exigence est la mesure de la densité minérale osseuse (DMO) par absorptiométrie biphotonique aux rayons X. Nous allons voir en effet que des données récentes se sont accumulées, montrant qu'il existe une bonne corrélation entre cette cible mesurée et l'objectif cliniquement important pour la maladie, la réduction du risque de fracture, et que l'atteinte ou non de la cible peut justifier une action thérapeutique cohérente avec cet objectif.

Liens d'interêts

L’auteur déclare avoir des liens d’intérêts avec Amgen, Roche Chugai, Genévrier, Gibaud, GSK, HAC Pharma, Lilly, MSD, Novartis, Servier, UCB (honoraires pour lectures et expertises) ; Amgen, Bone Therapeutics, RocheChugai, LCA, MSD, Novartis, Pfizer, Servier, UCB (soutiens financiers de recherche ou investigateur).

auteur
Pr Thierry THOMAS
Pr Thierry THOMAS

Médecin
Rhumatologie
CHU, Saint-Étienne
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Rhumatologie
thématique(s)
Ostéoporose
Mots-clés