Aparté

La vaccinophobie mène grand train

Mis en ligne le 31/03/2017

Auteurs : Pr Gilles Pialoux

Lire l'article complet (pdf / 92,67 Ko)

Le pire serait de s'y habituer, à cette nouvelle. Comme on peut le faire d'un bruit sourd et continu qui finalement permet de s'endormir. Près de 4 Français sur 10 pensent que les vaccins ne sont pas sûrs. C'est ce qui ressort du sondage “Vaccine Confidence Project” dont les résultats ont été publiés le 14 septembre dernier dans la revue EBioMedecine, enquête menée auprès de 65 000 personnes dans 67 pays dans le monde (1). Notre pays est celui qui affiche le plus de vaccinophobiques au monde, avec 41 % qui “estiment que les vaccins ne sont pas sûrs”, 17 % qui “ne sont pas certains de leur efficacité” et 12 % qui jugent que “la vaccination des enfants n'est pas importante”…

Ce miroir tendu à notre société nous concerne aussi en tout premier lieu. À cette étude d'image, il faut ajouter une enquête en ligne, menée par la Société française de médecine générale (SFMG). Une vaste enquête baptisée prosaïquement DIVA (2), où 1 médecin généraliste sur 4 juge que la présence d'adjuvants dans les vaccins est un frein, et 2 sur 3 rechignent à l'idée de prendre autant de temps pour expliquer la justification vaccinale… Avec comme leitmotiv : “”… Bien sûr, il est possible de convoquer, en guise d'explications, les polémiques récurrentes contre le vaccin de l'hépatite B, le principe de précaution étatique appliqué à l'extrême en France contre ce vaccin, les liens supposés entre sclérose en plaques et différents vaccins, de l'hépatite B à l'HPV, la calamiteuse campagne publique de vaccination contre le H1N1 en 2009, etc. Pourtant, il y a plus grave encore : la France est probablement le pays le mieux équipé en sites Internet, groupuscules, associations, chercheurs dévoyés, militants de tous les extrêmes, réunis dans les courants du complotisme* ou du négationnisme. Courants qui vont de la négation du VIH comme étant à l'origine du sida** aux discours légitimant les traitements alternatifs du cancer en passant par les ligues antivaccinales, rejointes tout récemment par le combat international en faveur de la reconnaissance de la maladie de Lyme. Sans compter les pétitions, à l'instar de celle d'un certain Pr Joyeux, dont l'éviction du Conseil de l'Ordre n'a pas empêché le recueil de plus d'un million de signatures…

On sait que les théories complotistes utilisent les mêmes méthodes : le millefeuille argumentatif, la dérive scientiste, la falsification ou les raccourcis de l'histoire (cf. l'émergence de la vaccination coloniale comme élément à charge des révisionnistes du sida ou l'apparition d'anciens spécialistes nazis dans la polémique sur la maladie de Lyme), l'accentuation du détail scientifique. Le tout servi par une très bonne culture scientifique et des réseaux très efficaces sur la toile. À tel point qu'il est impossible de rendre info contre info. Comme le disaient des spécialistes du complotisme : “Donnez 10 contre-arguments, il en sortira 50”***. La solution est probablement dans la formation scolaire, les études de médecine, qui devraient apprendre à décrypter ces arguties fallacieuses ; il faut apprendre à démêler les réseaux qui apparaissent derrière des attaques en apparence scientifiques et faire avec la littérature complotiste comme on le fait avec la littérature scientifique : une analyse critique.

Références

1. Larson HJ, de Figueiredo A, Xiahong Z et al. The State of Vaccine Confidence 2016: Global insights through a 67-Country Survey. EBioMedicine 2016;12:295-301.

2. Société française de médecine ­générale (SFMG). Informations sur le projet DIVA. http://www.sfmg.org/data/actualite/actualite_fiche/345/fichier_diva1efcc.pdf

Liens d'interêts

G. Pialoux déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
Pr Gilles PIALOUX
Pr Gilles PIALOUX

Médecin
Pathologie infectieuse et tropicale, clinique et biologique
Hôpital Tenon, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Infectiologie,
Rhumatologie,
Vaccinologie
thématique(s)
Vaccins
Mots-clés