Editorial

Obésité, régimes, alimentation et risque de cancer du sein

Mis en ligne le 14/06/2018

Mis à jour le 18/06/2018

Auteurs : Dr Marc Espié

Télécharger le pdf (pdf / 66,94 Ko)

Il semble de plus en plus évident que l'obésité, notamment chez les femmes ménopausées, est associée à un excès de risque de développer un cancer du sein ainsi qu'à une moins bonne survie. L'excès d'adiposité est associé à des facteurs hormonaux, aux adipokines, à des molécules pro-inflammatoires, etc., qui participent au développement et à la progression du cancer du sein. L'interaction entre la tumeur et le stroma adjacent, et notamment du tissu adipeux, semble fondamentale.

A. Rossary et al. ont effectué une remarquable revue des facteurs (cf. p. 102) qui expliquent ce lien entre obésité et cancer du sein en mettant bien en évidence les dialogues entre cellules tumorales et adipocytes, y compris au niveau des cellules souches tumorales. Ils démontrent comment, en cas d'obésité, le tissu adipeux, par ses sécrétions, réoriente la réponse immunitaire vers un profil inflammatoire favorable à la croissance tumorale et défavorable aux cellules cytotoxiques de la réponse antitumorale.

Ces constatations, parfois mal interprétées, participent à une phobie du gras et des graisses en méconnaissant qu'il existe de bons acides gras, y compris en cancérologie. Cela explique en partie le climat actuel où se développent de nombreuses modes alimentaires et des régimes souvent peu étayés, comme le démontre l'article de J.M. Lecerf (cf. p. 92) : régimes amaigrissants miracles, régimes sans lait, sans gluten, végétariens, jeûne, etc. dont le bénéfice en cancérologie, et notamment en cancérologie mammaire, n'est pas démontré.

Et pourtant, il existe très certainement un lien entre alimentation et cancer du sein. Mais, en fait, nous avons très peu de certitudes. On peut conseiller de réduire la consommation d'alcool, d'éviter un apport calorique trop important, d'éviter une alimentation de type nord-américain, et de réduire la consommation d'aliments préparés, notamment ceux qui contiennent des acides gras trans mono-insaturés. Un régime de type méditerranéen est probablement à privilégier. Enfin, l'exercice physique est à encourager !

Liens d'interêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts (sauf la gourmandise) sur ce thème.

auteur
Dr Marc ESPIÉ
Dr Marc ESPIÉ

Médecin
Oncologie
Hôpital Saint Louis, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Sénologie,
Oncologie sénologie,
Endocrinologie
Mots-clés