Cas clinique

Phénotype basal pour une lésion peu banale - Grand Prix 2016 : 3e lauréat

Mis en ligne le 15/04/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 3,06 Mo)

Une lésion trompeuse pour le radiologue et le pathologiste, dont la connaissance permet d'évoquer une prédisposition génétique au cancer.

Une femme, âgée de 48 ans, était atteinte d'un carcinome infiltrant du sein gauche mesurant 38 mm, de grade III de Elston et Ellis et triple-négatif. Cliniquement, les aires ganglionnaires étaient libres et la palpation du sein droit, sans anomalie. En vue d'une chirurgie conservatrice, une chimiothérapie néo-adjuvante a été proposée. L'IRM préthérapeutique mettait en évidence, outre la tumeur du sein gauche, une lésion du sein droit caractérisée par un rehaussement de type non masse, de 28 mm de diamètre, mal limité, avec prise de contraste intense. Cette lésion du sein droit n'était retrouvée ni en échographie ni en mammographie, et était classée ACR2.

auteurs
Dr Camille FRANCHET

Interne, Anatomie et cytologie pathologiques, Institut universitaire du cancer de Toulouse-Oncopole, Toulouse, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Caroline NICOLAS-ONG

Médecin, Imagerie médicale, Imagerie, Institut universitaire du cancer Toulouse-Oncopole, Toulouse, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Eva JOUVE

Médecin, Gynécologie, Institut universitaire du cancer Toulouse-Oncopole, Toulouse, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Florence DALENC

Médecin, Oncologie, Institut universitaire du cancer Toulouse-Oncopole, Toulouse, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Magali LACROIX-TRIKI

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Gustave-Roussy Cancer Campus – Grand Paris, Villejuif, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie sénologie,
Sénologie
Mots-clés