Dossier

Quel est l'impact des facteurs psychologiques dans la période de rémission d'un cancer du sein ? État des lieux

Mis en ligne le 16/01/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 173,90 Ko)
»» Le post-traitement représente une période d'instabilité psychique où les femmes se confrontent à un fort sentiment de vulnérabilité et doivent identifier de nouveaux repères de vie. Il est fréquent qu'elles s'interrogent sur les causes de la survenue du cancer et sur leurs propres moyens d'agir pour tenter de diminuer leur risque de récidive. Ce mouvement psychique s'inscrit souvent dans un besoin de retrouver le sentiment de contrôle sur leur vie.
»» De nombreux travaux ont tenté d'identifier les relations entre “stress”, personnalité et survenue ou évolution du cancer, dont les résultats sont négatifs. Une corrélation est aujourd'hui confirmée entre trouble dépressif majeur et certains types de cancer, mais elle est liée à des facteurs intermédiaires touchant aux comportements de santé.
»» D'autres explorent l'hypothèse historique selon laquelle la psychothérapie était susceptible d'améliorer la survie de femmes atteintes de cancer du sein et aboutissent, là encore, à des conclusions négatives.
»» Les études de neuro-psycho-immunologie n'ont pas fait leurs preuves en termes d'“outcome” (retombées cliniques attendues). En revanche, des études montrent l'impact positif d'une prise en charge précoce de la détresse et des besoins des femmes atteintes de cancer du sein, ainsi que de leur bénéfice en termes de qualité de vie. Elles démontrent aussi le bénéfice apporté par la modifications de certains facteurs d'hygiène de vie (activité physique adaptée, nutrition ou contrôle de la consommation de certaines substances addictives).
»» Ainsi, à la phase de rémission du cancer du sein, les femmes détiennent de nombreux leviers d'action sur lesquels elles peuvent se montrer proactives, portées par un sentiment de responsabilité mais non de culpabilité. L'objectif est ici d'améliorer leur qualité de vie, voire de diminuer leur risque de récidive, en agissant en particulier sur certains facteurs d'hygiène de vie, physique et psychique.
auteur
Dr Sylvie DOLBEAULT
Dr Sylvie DOLBEAULT

Médecin
Psychiatrie
Institut Curie, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie sénologie,
Sénologie
Mots-clés