Editorial

Quelle place pour l'immunothérapie dans le cancer du sein ?

Mis en ligne le 07/01/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 642,21 Ko)

Les premiers résultats des études utilisant les inhibiteurs des points de contrôle immunologiques (ICB) dans le cancer du sein ont été moins impressionnants et médiatisés que dans d'autres tumeurs solides. Toutefois, cette nouvelle révolution thérapeutique a redonné un espoir dans la recherche en immunologie, surtout pour traiter les patientes à haut risque de rechute.

De nombreuses études confirment déjà le rôle important dela réponse immune dans les mécanismes d'action de certaines chimiothérapies et/ou radiothérapie utilisées quotidiennement chez les patientes atteintes d'un cancer du sein. Celles-ci induisent une mort cellulaire de type immunogène, et les débris tissulaires des cellules stimulent les lymphocytes T CD8+ cytotoxiques antitumoraux. De plus, l'efficacité des thérapies ciblées comme le trastuzumab réside non seulement dans l'inhibition du récepteur de certains facteurs decroissance, mais aussi dans l'activation du système immunitaire inné, avec les cellules Natural Killer (NK), et adaptatif par les lymphocytes T CD8+.

Les premiers résultats des études utilisant les inhibiteurs des points de contrôle immunologiques (ICB) dans le cancer du sein ont été moins impressionnants et médiatisés que dans d'autres tumeurs solides. Toutefois, cette nouvelle révolution thérapeutique a redonné un espoir dans la recherche en immunologie, surtout pour traiter les patientes à haut risque de rechute.

De nombreuses études confirment déjà le rôle important dela réponse immune dans les mécanismes d'action de certaines chimiothérapies et/ou radiothérapie utilisées quotidiennement chez les patientes atteintes d'un cancer du sein. Celles-ci induisent une mort cellulaire de type immunogène, et les débris tissulaires des cellules stimulent les lymphocytes T CD8+ cytotoxiques antitumoraux. De plus, l'efficacité des thérapies ciblées comme le trastuzumab réside non seulement dans l'inhibition du récepteur de certains facteurs decroissance, mais aussi dans l'activation du système immunitaire inné, avec les cellules Natural Killer (NK), et adaptatif par les lymphocytes T CD8+.

Liens d'interêts

B. Routy n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteur
Dr Bertrand ROUTY
Dr Bertrand ROUTY

Médecin
Oncologie
Institut Gustave-Roussy Cancer Campus – Grand Paris, Villejuif
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie sénologie,
Sénologie
Mots-clés